•  

    Dans le cœur d'un royaume qui gouvernait les collines et la plaine de la contrée de Damal, une jeune princesse était partie seule pour se cacher de ses assaillants. Une guerre menaçait le royaume, et les trajets à cheval de la princesse ne pouvaient être plus incertains.

    Au cours de sa fuite, elle arriva dans une grotte immense ; il s'agissait de la demeure d'un être malfaisant qui avait pour coutume selon le mythe, de maudire quiconque osait le regarder. Cependant, la princesse n'avait d'autres choix que d'y entrer pour échapper à ceux qui voulaient sa tête.

    Approchant du fond, la princesse descendit de son cheval pour faire le moins de bruit possible. Hélas, ses poursuivants l'avaient toujours en chasse, et tandis que les flammes des torches dansaient à l'entrée de la grotte, un râle résonna non loin d'elle.

    Les meurtriers courraient vers le bruit alors que leurs lumières permettaient de distinguer une forme sombre dans les tréfonds de la caverne profonde. Cette masse se rua vers les ennemis hurlant pour la princesse, tandis que ces derniers périrent sous le poids de l'étrange créature.

     

    Intriguée, la princesse osa jeter un œil vers celui qui l'avait sauvée. Les lueurs flamboyantes des torches permirent à la princesse de voir la masse informe, qui se rendit compte du regard de la dame posé sur lui. Inévitablement, le monstre lui lança un sort qui le transforma progressivement avant d'éteindre les flammes d'un revers de patte.

    Paniquée et en pleine métamorphose, la princesse prit son cheval et grimpa sur son dos pour sortit de la caverne et découvrir sa nouvelle apparence.

    Deux bras venaient d'apparaître sur son corps de son côté gauche en plus de celui déjà existant dans une douleur atroce. Sa peau devenait grisâtre, tandis que ses cheveux au vent prenaient une teinte bleue.

    Ses jambes, qui ceinturait le torse du cheval apeuré qu'elle montait, se multipliaient avant de progressivement se transformer en de gluants tentacules rouges ; détruisant une partie de sa sublime robe verte au passage. Son bras droit, quant à lui, passait d'une peau pâle et lisse à un tentacule rouge-orangée visqueux.

     

    Peut-être était-ce à cause du vent ou de la souffrance, mais des larmes coulaient le long de ses joues. Elle ferma l’œil gauche tandis qu'elle s'aventurait plus avant sur la montagne enneigée : lieu redouté par le peuple de Damal.

    Elle savait qu'elle devait s'isoler pour échapper à ses assaillants, et n'ayant plus que cette pensée en tête, elle choisit de suivre ce que son cœur lui dictait. En effet, il existait sur cette montagne une immense demeure gothique au sombre passé. La princesse savait ce lieu inoccupé depuis des décennies.

    Une tempête de neige menaçait la princesse alors qu'elle entra dans la demeure par une immense porte qui donnait sur une cour extérieure. Elle attacha son cheval un peu plus loin, lui qui semblait pétrifié par sa présence. Était-elle devenue si monstrueuse ?

     

    L'endroit était à l'abri du vent, pourtant la jeune femme sentait ses cheveux comme attirés par le ciel, et elle ne s'y trompait pas. Ses longs cheveux bleus pointaient vers le ciel en formant une sorte de bulbe aérien depuis la base de son crâne.

    Elle se rendit également compte qu'elle n'arrivait plus à ouvrir son œil gauche. Elle se dit naïvement que c'était le froid ambiant qui l'avait figé ainsi.

    Sur le sol, une flaque d'eau ondulait parmi une mousse verte qui couvrait les dalles pavées. Elle s'en approcha pour s'en servir comme d'un miroir.

    Elle y vit sa nouvelle apparence dans toute sa laideur. Une laideur qu'elle n'admettait pas. Elle se souvint de sa grande beauté passée, une qui avait faite tomber tant de cœurs autrefois.

     

    Elle releva la tête, et vit quatre statues s’apparentant à des gargouilles à tête d'oiseau cornus qui entouraient la place, et semblaient observer quelque chose dans une immense tristesse. Tout ceci était si morne, et pourtant si beau.

    Son regard fut ensuite attiré par l'objet de leur chagrin. La blancheur de l'arbre qui trônait au milieu de la place était si pure, surréaliste, et hors du temps que la princesse se sentait irrésistiblement attirée par elle.

    S'avançant avec précaution vers l'objet de ses désirs, elle ne s'aperçut pas de l'apparence changeante de son reflet dans l'eau. Plus son cœur désirait s'approcher de l'arbre, et plus son double s'emplissait de noirceur.

     

    Le temps sembla s'arrêter alors que la jeune femme métamorphosée posa ses trois mains gauches sur le tronc d'une pâleur fantomatique. Soudain, tout s'assombrit autour d'elle, et une vision la frappa : elle allait mourir par son action.

    Elle voyait son double, revêtant son ancienne apparence, retourner un sablier en lui énonçant ces paroles : "- Quand cet arbre aura totalement disparu, tu périras avec moi. A moins que tu ne m'arrêtes avant ?" ;

    La princesse revint à elle, assise sur ses tentacules qui étaient autrefois ses jambes et le cœur battant. Tout autour d'elle s'était assombrit d'un seul coup. L'arbre blanc s'était teint de rouge sur quelques feuilles, et cette couleur s'étendait lentement, comme une épidémie qui frappait les feuilles les une après les autres.

     

    L'eau cristalline dans laquelle elle s'était examinée quelques minutes plus tôt revêtait la couleur du sang, tandis que son propre reflet l'observait d'un air malsain, les yeux écarquillés, un large sourire aux lèvres, alors que le reste provenait de son corps d'avant.

    Terrifiée, la jeune femme se redressa brusquement, reculant pour mieux observer les alentours. Elle remarqua alors que les gargouilles la fixaient, l'air furieux et les yeux ensanglantés. Que venait-elle de faire ?

    Derrière elle, elle sentit une présence. Elle se retourna alors pour découvrir son double qui l'observait avec cet air démoniaque qui ne la quittait plus. Emplit soudainement d'une furieuse envie que tout s'arrête, elle ferma son œil encore ouvert et tendit ses trois mains vers la menace.

     

    En jetant un œil rapidement après ça, elle s'aperçut que son double avait disparut alors que des os sortaient du sol perpendiculairement sur la trajectoire indiquée par ses membres tendus. Se pouvait-il que ce pouvoir vienne d'elle ?

    Elle observa à nouveau rapidement les alentours de son seul œil ouvert pour se rendre compte qu'aussi bien les quatre gargouilles que son cheval s'étaient également volatilisés. Le sang qui teintait l'eau s'était fait moins intense, tandis que l'arbre blanc prenait encore un peu plus des airs d'automnes.

    Un doute lui vint alors ; pouvait-elle vraiment mourir si cet arbre disparaissait ? Elle ne croyait plus en rien, et désespérée, elle s'adossa au tronc de l'arbre auquel elle était à présent reliée.

     

    Les minutes passaient, les feuilles tombaient, ses doutes grandissaient, mais rien d'autre ne se passait jusqu'à ce que la grande porte s'ouvrit de nouveau. Stupéfaite, la princesse se redressa, sur ses gardes et lançait un regard furieux vers l'entrée.

    C'était encore une créature étrange qui se présentait devant elle, mais loin de se douter de la raison pour laquelle il venait se réfugier ici, elle le menaça tout d'abord.

    D'abord surpris, l'animal imposant sortit de la pénombre et s'approcha de la jeune femme avec méfiance, dévoilant ainsi son apparence.

     

    La bête faisait au moins la taille de la princesse au garrot, elle était doté de deux grandes ailes similaires à celles qu'avait les gargouilles, tandis que la couleur dominante de ce corps velu était le bleu.

    Sa tête était similaire à celle d'un renard malgré les membranes de poissons trônant sur ses joues et le haut de son crâne, ses yeux violets semblaient emplit de bonté et de curiosité, alors que le reste de son corps était recouvert d'une imposante toison bleue. Seul le bout de ses pattes revêtaient des teintes plus claires.

    Il n'avait pas l'air d'avoir d'intentions néfastes, ce qui rassura un peu la jeune femme alors que la chimère s'avançait toujours vers elle à pas de loup.

     

    La princesse l'interpela pour que la chimère s'arrête. Effrayé par le monstre qui était face à lui, Dragma s'immobilisa. Il lui demanda de vive voix ce qui n'allait pas, ce qui surpris la créature en face de lui.

    Elle lui expliqua alors ce qu'il s'était passé. Son double, son lien avec l'arbre derrière elle, et tout le reste. A son tour, Dragma expliqua pourquoi il était ici.

    "- Tu sais, une tempête de neige fait rage dehors donc je me suis abrité ici le temps que ça passe."

    Le renard géant déplorait l'instabilité de la météo et la longueur probable de celle-ci. Néanmoins, la jeune femme suggéra d'aller voir rapidement dehors car avec un temps pareil, son double n'avait pas pu aller très loin.

     

    Sachant que le temps pressait pour la princesse, le renard-dragon accepta sa requête, et ils se rendirent rapidement à l'extérieur, la jeune femme sur le dos de la chimère afin que cette dernière la protège du vent et de la neige grâce à ses grandes ailes.

    Ils trouvèrent une piste tracée dans la neige, mais celle-ci disparut à mesure qu'ils avançaient, rendant impossible la poursuite de la traque. Ils se résolurent donc à retourner dans le château.

    Sur la route, la princesse ressentait une certaine faiblesse ; assumant tout d'abord qu'il s'agissait du froid qui l'affligeait. Cependant, en entrant dans la grande cour, ils s'aperçurent que les gargouilles étaient autour de l'arbre en un cercle funeste. Le feuillage du végétal était devenu cendré et l'eau s'apparentait plus à une écœurante mélasse noire désormais.

    Quand les statues en pierre tournèrent soudainement la tête vers les nouveaux arrivants, les deux nouveaux venus ne savaient pas quoi faire. Un rire s'éleva alors : "- Et bien, comme ça tu me cherches ? Si tu veux ma peau avant la tienne, occupe-toi donc de ceux-là d'abord !"

     

    Sans plus attendre, la princesse s'élança dans la bataille, suivie par Dragma qui faisait son possible pour faire fuir les statues. La princesse quant à elle faisait apparaitre sur sa route des os qui sortirent du sol tandis qu'une lance apparut dans l'une de ses mains.

    Agile, elle se défendit tant bien que mal face aux créatures de pierre. Elles étaient rapides, puissantes et très probablement contrôlées par son double. L'entité siffla d'ailleurs, ce qui eux pour effet de faire s'envoler toutes les gargouilles vers elle avant qu'elles aillent se remettre à leur place initiale.

    "- Tu te défends bien, pour une princesse." plaisanta l'entité. "- Peut-être auras-tu plus de scrupules à te battre contre toi-même ?"

    A ces mots, l'entité sauta du balcon au premier étage avant de fusionner avec l'eau pâteuse en contre-bas, pour en ressortir ensuite à quelques mètres de son originale.

     

    S'engagea alors un combat serré entre les deux êtres. Dragma était assez réticent car il avait peur de blesser sa nouvelle alliée en combattant en binôme. Il resta donc à l'écart, impuissant.

    Après bien trois minutes de combat acharnés, les deux femmes arrêtèrent de se battre, l'entité ayant lâchement fuit dans l'eau.

    Il y avait eu des blessées des deux côtés, mais pas assez pour achever ni l'une ni l'autre. Dragma s'approcha alors de la princesse pour examiner ses blessures, et il se rendit compte d'une chose : l'arbre avait été affecté par les blessures reçues par la princesse.

    En effet, au rythme où allaient les choses, l'arbre ne sera plus qu'un tronc mort d'ici quelques minutes seulement.

     

    En le réalisant, Dragma se mit à avoir peur pour son alliée. Après lui avoir expliquer la chose, la jeune femme eu l'air de ne pas mal prendre la nouvelle. En effet, elle sentait ses forces décroître et donc sa fin progressivement venir. Mais cela ne l'empêcha pas de garder le sourire.

    La princesse s'approcha de l'arbre à nouveau, caressant son tronc qui se décrochait sous la peau de ses mains. Les rares feuilles qui habillaient encore l'arbre tombaient une à une, comme un compte à rebours.

    Lorsque la dernière quitta l'arbre, un filet de sang commença à couler de la bouche de la jeune femme, des vertiges la prenaient.

     

    Bienveillant, Dragma vint auprès d'elle pour la soutenir alors que les gargouilles descendirent de nouveau. Cette fois, elles n'étaient pas là pour dégrader l'arbre, mais pour préparer la jeune femme à sa mise en terre prochaine.

    En quelques instants, l'arbre se fendit, tomba au sol et s'effrita pour ne laisser plus que de la poussière. Dans le même temps, la princesse lâcha son dernier souffle.

    "- Il est l'heure..." soufflaient les statues ensemble. "- Laisse la fille..." ;

    Intrigué par les paroles des gargouilles ailées, la chimère renard s'écarta pour leur laisser la place.

     

    Les quatre créatures s'attelèrent à leur tâche tandis qu'une éclatante lueur frappa les yeux du renard-dragon, l'aveuglant quelques secondes.

    L'instant d'après, les gargouilles étaient de nouveaux perchées au premier étage, sur leur pilier respectif, tout en observant le centre de la cour avec une apparente tristesse.

    En effet, l'eau au sol était redevenue aussi cristalline qu'à l'arrivée de la princesse. Et au cœur de la cour, juste au-dessus de l'endroit où se trouvait l'arbre qui avait dépérit, la base d'un nouveau prenait lentement vie.

    Dragma comprit alors qu'il contenait l'âme de son amie, et par peur que ce qu'il s'était passé ici se reproduise, il se jura alors de protéger ce lieu jusqu'à sa mort.

    Les années passèrent et personne ne vint plus perturber les lieux. Apaisé, Dragma se transforma lentement en statue de pierre à son tour, posté sur le plus haut pilier de la cour, surplombant l'arbre qui avait déjà bien grandit.

    Ils appartenaient tous à ce lieu à présent, lieu sacré à leurs yeux et qui ne fut plus souillé par des inconnus avant plusieurs siècles d'histoire.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    PS : Histoire disponible sur Wattpad à l'adresse suivante : https://www.wattpad.com/649266698-recueil-de-nouvelles-le-destin-funeste-de-deux