• Amalaréo et Emylios, les gardiens déchus!

    Bonjour, bonsoir à tous^^! Bonne nouvelle: On est de nouveau en vac' x'D! Bref, profitez bien de vos semaines de pauses pour "récupérer" si besoin x3! (même si quatre lundis sautent après ça x'D!) En tout cas, aujourd'hui c'est Byzance aussi avec un petit double article pour l'occasion^w^! (ps: Bysance = c'est le nom d'une ville réputée pour sa richesse: en gros, à traduire pas c'est royal x') Enfin bon, let's go ;3!

     

    Devant nous s'avançait cette créature mystique aux allures d'être déchu. Il semblait impitoyable, et remonté contre nous, mais à quel point ? Et surtout, pourquoi l'était-il ? Thya observait furieusement la marche du dragon antique, alors qu'elle arborait un étrange sourire narquois. Était-ce là sa vengeance ? Ce type de bassesses n'avaient rien d'habituel chez elle pourtant, mais que voulait-elle faire, et surtout, que me voulait-elle vraiment derrière ces apparences trompeuses ? Philias n'avait apparemment pas vu la bête se joindre à nous, et continuait sa route sans y prêter plus attention - probablement plongé dans une réflexion intense... Je lançais un vif regard à la dragonne, en joie devant ce "spectacle" qui lui tenait tant à cœur. Soucieuse de ce qui pourrait se passer, je m'étais déjà mentalement préparée à riposter au moindre de ses faux-pas. Se pouvait-il qu'il y ait une raison à la présence d'un tel être en ces lieux ? Lieu, qui plus est, sensément habité par Philias, Rath et Thya depuis bien des lustres à présent... Se pouvait-il que ce ne soit pas un danger ? Ou au contraire, était-ce la menace qui plane sur ces terres ? Je m'égarai à mes pensées à mon tour, je ne voulais risquer de souffrances inutiles, et restais impassiblement sur la défensive en attendant de voir comment réagirait le dragon envers nous, ou même Philias face à ce monstre... A côté de moi, j'entendis d'ailleurs l'ange marmonner quelque chose, la capuche sombre de sa tenue sur sa tête, orienté vers le sol sous le poids de ses pensées incessantes:"Mmh... peut-être...? Et si...? Mmh... non, ce n'est pas ça..."; Je ne voulais pas l'interrompre d'une part, mais d'un autre côté, la bête n'était plus qu'à quelques petits mètres de nous. C'est alors que Philias reprit subitement ses esprits, et se redressant d'un coup, il retira sa capuche d'une main, avant de diriger son regard vers moi; mais alors qu'il s'apprêtait à me dire quelque chose, la vue de la créature le pétrifia une seconde.

    A présent que j'avais la "réponse" à la question que je me posais, je fis un pas vers le monstre avec un regard déterminé. Le dragon se redressa alors immédiatement, et se sentant agressé, il se cabra de tout son long, avant d'entamer une chute fracassante sur le sol qui fit trembler ce dernier si fort qu'aussi bien Philias et moi-même étions tout deux déstabilisés. La tête de l'être mystique n'était à présent plus qu'à un mètre de moi, et à porté de main, une idée étrange me vint: je posa assurément ma main sur son museau, et il se figea instantanément de stupeur. Le dragon ne s'attendait clairement pas à une chose pareille, et fit de grands yeux, pour nous signifier son incompréhension croissante le temps d'un instant, avant de s'enfuir en un geste, volant dans les cieux loin du sentier qui reliait l'entrée à l'antre des orbes du néant. Je vis soudainement l'expression de Thya changer du tout au tout en à peine quelques secondes. J'étais complètement déconcertée par celle-ci, n'arrivant pas à la cernée, malgré mes efforts pour tenter de la comprendre... La dragonne passa donc de la joie, au dégoût, en passant par la haine, puis dès que Philias posa son regard sur elle, elle prit un air détaché, probablement pour lui "cacher" ses véritables sentiments quand à la scène précédente. L'ange posa soudain sa main sur mon épaule, ce qui me fit sursauter et en me retournant brusquement, je reculai d'un pas. Il paraissait un peu surpris, puis se ressaisit et se décida enfin à me dire deux mots:"Je t'ai fais peur je crois...? Je suis désolé... Hum, bon écoute... J'ai réfléchit, et j'ai peut-être trouvé un plan pour que tu sois en sécurité, même auprès de Draniolon."; Intriguée, je penchai la tête légèrement sur le côté, et croisa les bras:"Je t'écoute..."; Il me fit un léger sourire, et ouvrit légèrement la bouche pour me dire quelque chose, mais le grondement que poussa Thya l'interrompit. Il lui lança alors un regard furieux:"Si on t'ennuie, tu peux aller ailleurs tu sais...";

    Je n'osais pas me retourner pour voir la réaction de la dragonne, mais son grognement de mécontentement pouvait m'affirmer à lui-seul qu'elle s'en était allée complètement vexée et sur les nerfs. Suite à ça, je fis un bref changement de sujet:"Dis, tu n'y vas pas un peu fort avec elle...? Elle n'a rien fait de mal jusqu'à maintenant..."; Il ferma les yeux, apparemment contrarié:"Ce n'est pas la question. Elle est comme elle est, et je dois la réprimander si je tiens à pouvoir rester seul si tel est mon souhait. En fait, on ne dirait pas comme ça, mais elle est très conservatrice, et envahissante quand elle s'y met... La laisser réfléchir n'est pas la pire des solutions si tu veux mon avis."; Je comprenais son point de vue, et l'agacement qui pouvait en découler, mais je m'interrogeai toujours sur son cas. Cela dit, il reprit l'exposition de son plan:"Donc, reprenons... Comme tu t'en doutes je pense, Draniolon est actuellement à ta recherche, ou du moins, c'est ce que nous supposons. Célia, y a-t-il quelqu'un à ses côtés en ce moment qui serait susceptible de t'aider...? Un ami que tu as pu te faire, et qui a choisit de t'accompagner un moment par exemple..."; Je restais perplexe quant à sa question, et l'interrogeai en retour:"Je ne sais pas si l'un d'eux serait prêt à accepter ça, mais pourquoi une telle question ?"; Il me sourit légèrement, avec un regard un peu plus sombre:"J'y viens. Alors, tu verrais quelqu'un pour ça ?"; Je déviais le regard, un peu dérangée par son insistance:"Et bien... Si, il y aurait bien Foxaly, mais je ne sais pas encore si c'est vraiment légitime de lui demander une telle faveur..."; Il tiqua une seconde, puis se secoua la tête pour reprendre ensuite:"Très bien, ça fera l'affaire..."; Il commençait sérieusement à me faire peur, et je lui demandais, avec une voix et un regard qui laissaient transparaître mon inquiétude:"Mais, de quoi parles-tu à la fin!? Expliques-toi s'il te plaît...";

    Il me regarda tristement:"Tu es bien trop curieuse comme toujours, mais je te comprend... Sauf que tu le sauras en temps voulu, et pas avant."; Je lui lançais un regard dépité, et lui demandai faiblement:"Tu ne me fais donc que si peu confiance...? C'en est presque blessant venant de toi..."; Il avait clairement des remords, et me fit pars de ses raisons:"Écoute... Ce n'est pas contre toi, c'est juste que si tu sais ce qui est prévu, Draniolon pourra le savoir par ton biais, et fera rater l'opération..."; Je n'étais pas certaine de comprendre vraiment ce qu'il craignait à ce point:"Hum... comment ça ?"; Philias soupira un coup, puis plongea son regard mélancolique dans le mien:"Je pensais que tu le savais... Il est capable de percer et lire dans les pensées des gens... Et notamment les tiennes, vu qu'il est associé à toi. Du coup, il suffit juste que tu penses à notre "plan" un peu trop longtemps pour qu'il se doute de quelque chose, ce qui nous mettrait des bâtons dans les roues... Tu comprends mieux maintenant...?"; J'essayais d'afficher un sourire, un peu mitigé, puis je le pris rapidement dans mes bras, pour le remercier. Je me reculai, mais il me retint un peu, mon visage près du sien:"Attend..."; Je lui fis un plus large sourire:"Je voulais te dire merci."; Il me tira une tête confuse, puis reprit cet air triste qu'il traînait avec lui depuis notre départ de l'antre des orbes:"T-tu sais... Là n'est pas la question, mais je tenais à te dire quelque chose... Enfin, pour tout t'avouer, ce n'est pas si simple, mais il m'est "interdit" de te revoir normalement... Et donc, dès que tu retourneras aux côtés de Draniolon, je ne pourrais plus t'approcher aussi facilement... Et donc, je ne pourrais pas te protéger en cas de problème... C'est pour ça que je voudrais que tu aies l'assistance d'un ami pour veiller sur toi, et m'assurer ainsi q-que...";

    Il commença à trembler d'effroi devant la pensée qui l'animait, et poursuivit tant bien que mal son discours touchant et accéléré:"Q-que tu me reviennes saine et sauve... Je m'en voudrai tellement de te voir mourir, complètement impuissant, et incapable d'intervenir au risque d'y laisser ma vie en prime de la tienne... Je serais prêt à mourir pour toi, voir prendre ta place s'il le fallait, et surtout si je le pouvais, mais malheureusement, ce n'est point le cas... E-et je...-"; Je l'interrompis alors, attristée par ses mots, et je fis passer ma main sur sa joue pour le calmer:"J'ai bien compris mon ange... Je ferai attention à ne pas trop me forcer à endurer des coups, et ferai attention à rester en vie, pour toi. Je te le promet."; C'est le regard embrumé de larmes que je l'embrassais fébrilement, attendrie par le lien qui l'unissait à moi; lien tellement intense que je ressentis aussi sa peine assombrir mon propre cœur de chagrins incontrôlés... On s'éloigna ensuite un peu l'un de l'autre, tandis que Rath débarqua en trombe derrière moi pour nous annoncer une mauvaise nouvelle, encore haletant après une course d'apparence fastidieuse:"Philias... Thya, elle... elle est introuvable! Je... je l'ai perdue du... du côté des ruines...! Et elle n'était pas seule... à ce moment là... E-enfin, j'étais occupé avec l'autre gardien..."; L'ange s'était alors pétrifié sur place:"C-comment cela s'est passé ?"; Le dragon ambré avait déjà un peu repris son souffle, et s'expliqua donc:"C'était confus, y'avais pas mal de fumée, et deux gardiens. L'un violet, et celui que j'ai affronté était vert. Nous devons la sauver, mais c'est dangereux comme coin..."; Philias reprit un air assuré:"Je comprend. Emmène-nous là-bas Rath."; A ces mots, l'imposant reptile rouge-orangé bondit devant nous, et nous grimpâmes sur son dos sans mal, tandis que le dragon se hâta de rejoindre une zone que nous n'avions pas traversé jusqu'à lors.

    Cet endroit était lugubre, insalubre et délabré de toutes parts. Des ruines: voilà ce que c'était. Les ruines d'une ancienne prospérité, les vestiges d'un âge oublié, le lieu était mort, littéralement. Aucune vie animale ne s'y déplaçait, autre que nous, et les seuls végétaux présents avaient péris sur pied... Enfin, tous végétaux, excepté une espèce de fleur violette, qui était la seule couleur "chatoyante" sur ce tableau peint de noir, de tristesse et de désolation... L'air ici me paraissait pesant, et je me faisais une petite idée de ce qui avait pu se produire ici-même, mais j'en doutai... A la fois stupéfaite et navrée par ce qui je voyais, je demandais naïvement:"Que s'est-il passé ici...? C'est si détruit que l'on distingue à peine les fondations de quelques bâtisses..."; Philias me répondit donc d'une voix grave:"J'ai eu vent d'une guerre interminable, opposant les premiers gardiens aux grands sages des siècles oubliés. Conflit qui n'a d'ailleurs jamais eu lieu d'être dans la dimension d'où nous provenons, car ils ont péris bien avant d'avoir le temps de se détester. Le dragon que nous avons croisé était l'un de ces premiers gardiens, censément ramené parmi les vivants pour d'obscures raisons..."; Rath enchaîna alors sur les paroles de son maître:"Il y en a un autre, je te rappelle... Mais je crois que leurs têtes ne me sont pas inconnues... Il me semble qu'il s'agit de deux frères, qui s'opposaient en tout point, et ces ruines sont les vestiges résultant du conflit permanent entre les deux gardiens. Nous avons donc à faire à ceux qui ont rallié chacun à leur cause certaines créatures, au dépend d'autres, et engagèrent une immense bataille qui ébranla ce monde, pour le mener à sa perte... Selon cette même légende, il s'agirait d'Emylios, le dragon à l'aura émeraude, et Amalaréo, le dragon à l'aura améthyste. Enfin, quand je parle "d'aura", je fait référence aux couleurs qui émanent de leurs orbites de mort-vivants..."; Philias soupira un coup:"Je suis certain qui tu t'étonnes de l'existence d'un endroit pareil, Célia... Mais on ne dirait pas comme ça: l'espoir perdure malgré tout."; Je souris doucement, légèrement réconfortée par ses mots:"Pour une fois que tes paroles sont rassurantes, je veux bien te croire..."; Je sentis à sa réaction que je lui avais tendu la perche de la surenchère, mais il ne daigna pas répondre pour une fois.

    Rath poursuivait son avancée parmi les débris qu'il essayait d'éviter au mieux, mais dès qu'il commença à quitter sa route des yeux, tout devint alors bien plus dangereux: il tourna la tête vers nous, et s'apprêtait à nous dire quelques mots, mais avant qu'il eût le temps d'émettre le moindre son, il trébucha maladroitement sur un bord de muret, et s'écrasa sur le sol lourdement, nous faisant valser dans la foulée. Propulsés dans les airs, Philias réagit bien vite, et en un geste, il se retourna vers moi, et instinctivement, je m'agrippais à lui, alors qu'il tentait de ralentir notre chute à l'aide de battements hésitants d'ailes, pour finalement retomber dans un fracas désagréable alors que l'élan nous faisait rouler sur la terre parsemés d'embuches. Nous prîmes un petit temps pour nous remettre de nos émotions, et à peine les idées à nouveau en place que je me relevais d'un bond, malgré la douleur de l'impact sur mon corps. L'ange noir, lui, eut prit plus de temps pour se redresser, mais il n'avait pas trop souffert de l'incident. Rath, par contre, était encore vautré sur les cendres, et refusait de se lever, au risque d'aggraver son cas:"Laissez-moi, je vous rejoindrai quand j'estimerai que je pourrai me mouvoir sans mal..."; Philias, qui venait de se remettre sur pied, regarda son ami d'un air abattu, sûrement attristé par la situation:"Rath... pardonne-moi, je n'aurai pas dû te distraire dans une course pareille... Peux-tu nous indiquer la route à suivre, qu'on ailles sauver Thya...?"; Le jeune homme encore recouvert de quelques cendres par endroit se rapprocha du dragon ambré, meurtrit, et lui caressa doucement la tempe. Le dragon déplaça alors légèrement sa tête, et répondit:"C'est juste un peu plus loin... Vous devriez trouver l'entrée d'une caverne, et entrez-y... C'est là qu'ils se trouvent je pense..."; Suite à ses explications, Philias remercia son ami, et partit à contre-cœur dans la direction indiquée, en me faisant signe de le suivre; ce que je fis sans broncher.

    Alors que je suivais l'ange, apparemment dépité, je le vis freiner d'un coup, dans ses pensées, puis remis tout aussi brutalement sa capuche, et se retourna vers moi en un geste. Il me lançait un regard indéfinissable, qui me faisait comprendre de m'arrêter. Il fit s'avança vers moi, d'un pas lent et hasardeux, pour être enfin assez proche de moi pour que je me sente mal à l'aise devant lui. Il redressa la tête un peu plus, et passa une main fébrile sur une blessure ouverte sur ma joue:"Je suis désolé... J-je... Je ne pouvais prévoir qu'un tel accident surviendrait, et je m'en veux... M-mais je m'en veux surtout de ne pas t'avoir demandé plutôt: tu n'as rien ? Ou du moins, tu n'as pas trop souffert...?"; Je lui rendais alors le regard compatissant qu'il me lançait de part son inquiétude, et d'une voix qui se voulait rassurante, je lui répondis:"Non, ne t'en fais pas... Ce n'est pas une simple chute qui sera capable de m'arrêter, et tu le sais. Et puis, il me faut bien plus que ça pour ne serait-ce que je songe à renoncer. Donc non, je me sens bien. Et toi, comment te sens-tu...? Tu m'as l'air soucieux depuis tout à l'heure..."; Il semblait surpris de ma remarque, et sans crier gare, il se braqua d'un coup:"Je n'ai rien, comme toujours. Viens, allons-y."; Son ton presque glacial me fendait le cœur, et le voir dans un tel état me faisait mal pour lui... Je redoutais une possible trahison, à cause de leurs réactions incompréhensibles, et je craignais surtout de pointer du doigt la vérité qui blesse... Cela dit, j'écartai bien vite cette idée de mon esprit, en repensant au fait que Philias était surtout inquiet pour son ami de longue date, et qu'il avait tenté de me protéger, et devant tant de point à l'encontre de mes doutes, force était de constater que mes craintes n'étaient que suppositions foireuses, et n'avaient pas lieu d'être, pour mon plus grand bonheur.

    Machinalement, je poursuivais ma route, légèrement en retrait, encore en train de réfléchir à la véracité de mes soupçons. L'ange s'arrêta alors subitement, et voyant que je ne l'avais pas vu interrompre sa marche, il se plaça face à moi, tel un mur infranchissable, alors que je manquai de lui rentrer dedans. Surprise, je reculai d'un petit pas, alors que je relevai les yeux, encore un peu à l'ouest. Je le vis rester impassible, et son expression était si sérieuse qu'il m'inspirait un faible crainte à son égard, moi qui avait pourtant si confiance en lui... Il me regardait d'un air dédaigneux, puis m'indiqua d'un seul geste la direction que nous allions prendre, et ce fus sans un mot qu'il poursuivit sa route, tandis que je le suivais avec quelques précautions. Lassé par mon détachement, Philias se retourna vers moi l'air sévère après un temps, puis me prit le poignet pour me trainer à ses côtés, tout en reprenant ensuite la descente dans les grottes:"Qu'est-ce que tu cherches à faire ? Tu m'évites ?"; Hésitante, et effrayée de connaître sa réaction, je me tue une seconde, en le dévisageant, pour ensuite jeter un œil à notre trajectoire. Agacé, il haussa encore un peu le ton:"Hé! Tu m'écoutes?! Qu'est-ce qui te prend d'un coup!?"; Sous ses airs agressifs, il s'inquiétait pour moi, je le vis très vite faire tomber le masque de la colère pour me montrer ses doutes:"Ça va, pas la peine de crier non-plus... C'est juste que... je pensais qu'un peu de solitude t'aiderai à réfléchir, mais apparemment, je me suis trompée..."; Il me dévisagea à son tour, puis jeta un regard vague vers l'horizon:"J-je... Désolé, je ne voulais pas que tu te sentes repoussée..."; Il fit glisser sa main faiblement tremblante de mon poignet vers ma main, et on s'échangea un regard dépité... Je soupirai, et me rapprochais de lui, pour lui faire comprendre ma compassion. C'est alors qu'un rire vint interrompre ce léger malaise:"Hahaha... Vous êtes bien misérables jeunes humains... Vous pensiez vraiment pouvoir entrer dans ma demeure normalement, et en sortir indemne, comme si de rien n'était peut-être ? Car si c'est le cas, vous êtes bien mal tombés.";

    La mise en place d'un plan d'attaque!

    Oui, j'ai réussi à retrouver le même dragon sur une autre image x'D! Merci à celui qu'a fait le taffe, parce que ça vaut le coup d’œil^w^! (trouvé sur google toujours x')

    C'était Amalaréo, le fameux dragon... Il voltigeait autour d'une tour de crâne dans laquelle une lame à ses teintes pourfendait la paroi osseuse de celui du dessus. Il semblait comme envoûté par "l'esprit de l'épée" et marmonnait quelques mots qui nous donnait l'impression de sortir de nul part. Troublée par ses agissements, je choisi de m'avancer d'un pas déterminé vers le dragon, qui se posa alors, exposant fièrement sa carrure gigantesque. Il devait faire bien trois fois la taille de Rath, ce qui n'était qu'une raison de plus pour moi de me méfier de lui... Il fit un pas en avant, et me regarda la tête haute, d'un sourire éclatant:"Alors... Tu n'as pas peur de moi, jeune fille...? Comme c'est surprenant... D'habitude, il est bien rare de croiser des gens par ces heures bien sombres, mais une fille qui n'a pas froid aux yeux, c'est inédit!"; Je ne savais si je devais être flattée par ses mots, ou s'il essayait juste de jouer avec mes sentiments... Mais cela ne m'empêcha nullement de lui énoncer le but de notre venue en ces lieux:"Là n'est pas la question. Vous étiez accompagné d'une dragonne à la robe obsidienne tout à l'heure. Qu'est-il advenu d'elle ?"; Le dragon rit alors ouvertement:"Hahahahaha!!! Comme vous êtes naïfs, êtres crédules! Pensez-vous que j'eusse la moindre idée de fréquenter un drôle d'oiseau comme elle ? Comme vous ne m'avez pas l'air de connaître mes opinions, je vais vous faire part de l'une d'elle: Ce genre d'individu ne m'intéresse pas. Je manipule, et ne me fait pas manipuler. Mais vous me direz: Qui se ressemble s'assemble ? Sauf qu'il existe toujours des exceptions pour tout, et tôt ou tard, tous en font les frais."; Le dragon avança d'un pas ample, puis dessina un geste lent vers moi, ce qui fit bondir Philias par réflexe:"Effleure-la à peine, et je te jure que t'es un dragon mort!!"; Amalaréo recula alors sa patte, et reprit son air hautin:"Je vois... Le chevalier servant pour sa princesse, c'est cela ? Qui l'aurai cru... Deux êtres différents en tout point, et qui sont forcés de s'associer pour une mission d'envergure peut-être...? A moins que je ne me fasse quelques qu'idées farfelues aux vues de vos réactions bien distinctes...";

    Intrigué par l'héroïsme dont l'ange venait de faire preuve face au dragon, je ne voulais pas forcément intervenir tout de suite, mais un "imprévu" le fit à ma place:"Alors comme ça, vous êtes venus...? Je vois, je vous remercie, mais il s'avère que j'avais mieux à faire que de vous surveiller, je me trompe ? Ha... Hélas, pourquoi ne veux-tu pas comprendre...?"; Cette voix venait de derrière nous, et nous fîmes tous étonnés, et Philias le premier, de constater que Thya n'était pas - comme voulait nous le faire comprendre le dragon - ici avant que nous soyons venus voir pour elle. Elle fut alors prise d'une sorte de crise de jalousie extrême, qui l'en fit venir aux mains: elle cracha une puissante gerbe de flamme vers l'entrée de la grotte, ce qui provoqua un éboulement et s'en concluait que l'accès était à présent bouché. Elle s'en retourna ensuite vers nous, et apparemment furieuse, elle marcha frénétiquement, en frappant violemment le sol à chaque pas, pour s'avancer furieusement dans ma direction. La dragon noire de jais, dans un élan de colère insurmontable, m'asséna un violent coup qui me propulsa vers la paroi de la grotte, sur laquelle j'atterris brutalement et retombai au sol. Philias resta béa devant tant de violence, et c'est Amalaréo qui - à mon grand étonnement - s'interposa entre elle et moi-même. Je gisais encore sur le sol, et me redressais avec maladresse, encore sonnée par la soudaineté de l'offensive. Philias, une fois que j'étais à peu près debout, couru me porter assistance, tandis que Thya s'échauffait face à l'immense gardien. La dragonne était furieuse, alors qu'Amalaréo, lui, avait une flegme inarrêtable, et il réussi tant bien que mal à raisonner un minimum la furie cendre:"Écoute..., je n'ai rien à avoir avec vous, donc tu n'as aucune raison de me vouloir quoi que ce soit. Or, il s'avère que ta haine ne m'est pas destinée, je me trompe ? Hahaha, je vois, je comprend mieux..."; La dragonne semblait s'être légèrement apaisé, mais restait sur ses gardes.

    Le dragon squelettique tourna alors sa tête vers moi:"C'est à elle que tu en veux...? De la jalousie hein... Étrangement, je trouve vos différents comportements complètement incohérents les uns avec les autres... Y aurait-il autre chose pour vous affronter de la sorte...?"; Alors que j'essayai de me concentrer sur les paroles d'Amalaréo, j'entamai un pas mal assuré, qui manqua de me faire tomber à nouveau, alors que Philias me retint par réflexe:"Ça va aller Célia ? Tu penses pouvoir tenir debout seule...?"; Je dressai alors mon dos encore courbé par la douleur, et le regardai faiblement:"Je préfèrerai que oui, mais je crains que non... Ou du moins, je vais galérer à y arriver..."; Le dragon à l'aura améthyste observa ensuite attentivement la réaction de la dragonne obsidienne face à la situation, et ce fut inévitable: elle bondit vers l'ange dans le but de l'éloigner de moi, mais elle fut retenue par Amalaréo qui ne voulait pas de bain de sang chez lui:"Doucement princesse, tu auras tout le temps que tu voudras pour lui faire la peau dehors, mais pas ici! Vous êtes chez moi, vous savez, alors si c'est elle que vous étiez venus chercher, aller donc vous entre-tuer ailleurs je vous prie."; Philias me tenait par les épaules, prêt à m'aider au besoin, alors que Thya se résigna à faire demi-tour, et de sortir encore au bord de la crise de nerf. L'ange m'accompagna jusqu'à la sortie des grottes, alors qu'Amalaréo déblayait les roches qui bloquait l'accès, et permis ainsi à tout le monde de sortir sans mal. Une fois à l'extérieur, Thya ressentait le besoin de s'isoler, et de faire le point avec Philias, qui ne semblait pas décidé à la suivre:"Philias, il faut qu'on parle seul à seul. J'aurai besoin qui tu m'écoutes, ne serait-ce que cinq petites minutes, mais accorde-les moi s'il te plaît.";

    L'ange la nia d'abord, trop occupé par mon état, et pour éviter un autre coup de sang, j'essayai de le ramener à la raison:"Philias, tu devrais vraiment l'écouter... Et puis, depuis que je suis là, vous n'avez pas eu un seul instant à vous deux, alors laisse-la te parler..."; Philias m'avait, semble-t-il, royalement ignoré à mon tour, ce qui m'étonnait venant de lui, et cherchait dans son regard la raison de ce blanc. Je le vis réfléchir, longuement, sans oser dire quoi que ce soit, encore réfugié sous l'ombre de sa capuche, le regard rivé vers les cendres qui jonchaient le sol noir. Amalaréo intervint pour interrompre ses pensées:"J'insiste, jeune homme, elle a des choses à te dire, et je pense que tu lui dois aussi quelques explications."; Devant tant de soutien, Thya paraissait reprendre espoir, et me paraissait bien plus calme que tout à l'heure. Cela dit, Philias ne semblait pas encore convaincu, et c'est d'un pas traînard qu'il s'en alla rejoindre la dragonne, encore plongé dans ses pensées les plus obscures. Ainsi, je me retrouvais seule avec ce qui m'avait parut une "menace" au premier abord, et voyant que j'étais au moins un minimum dans l'erreur, je choisi de discuter un peu avec lui, pour en apprendre davantage à son sujet:"Hein... Je ne sais pas ce qu'ils ont, ni l'un, ni l'autre, mais je crains un peu pour les deux..."; Le dragon, dans une posture fière, s'avança un peu vers moi:"Tu ne devrais pas pourtant. Ils sont amis depuis des années, n'est-ce pas ? Donc c'est normal qu'ils tiennent l'un à l'autre, et que le comportement de l'un envers l'autre peut en exaspérer plus d'un... C'est de la lassitude, voilà tout."; Je lui lançai donc un regard mitigé:"Toi aussi, tu cherches à les comprendre si je comprend bien...?"; Il me regarda dubitatif:"C'est cela. Mais il y a quelqu'un ici, que je ne comprend toujours pas..."; Intriguée par sa remarque, je le regardai avec des yeux ronds, avant de prendre un air interrogateur. Il continua alors:"C'est de toi qu'il s'agit. Tu crées des tensions au sein d'un groupe qui semble presque en froid, et toi, ça ne te fait rien, me semble-t-il, de les voir ainsi... Avais-tu remarqué au moins que seul l'un des deux essayait d'aller vers l'autre, et l'autre vers toi...?"; Je soupirai, l'air dépité, et le regard rivé vers le sol:"Bien sûr... Il faudrait être aveugle pour ne pas le voir... C'est juste que... je ne la cerne pas complètement, et j'ai l'impression qu'il me manque des éléments de réponse avant de pouvoir comprendre l'intégralité de la situation, et c'est plutôt agaçant...";

    Amalaréo me sourit alors, et se rapprocha encore un peu:"C'est normal. J'ai moi-même envie de savoir les raisons qui les motivent à s'éviter de la sorte, mais je crains que tu ne sois déjà sur le coup il me semble."; Il rit un peu, et abaissa sa tête au niveau de la mienne. Il était tellement imposant, et son apparence terrifiante que je ne pouvais rester impassible devant lui, et la gêne mêlée d'une certaine joie emplit mes paroles:"Tu ne crois pas si bien dire, héhé! Mais bon, assez parlé d'eux, j'aimerai bien en apprendre un peu plus sur l'histoire de ce lieu, ça ne te dérange pas de m'en parler un peu ?"; Il fut surpris par ma suggestion, mais commença le récit du passé de ce lieu:"Sur l'histoire de ce lieu ? Et bien, il faut remonter à mon enfance dans ce cas... A la base, nous étions nombreux à peupler cette terre, ou du moins, c'est un peu plus complexe que cela. Sur cette terre, trois grands lieux se distinguent des autre: la Terre des Aigles, la Terre des Ombres, et les Terres Abyssales. Toutes trois furent régis par trois ordres différents, soit respectivement Le Conseil des Sages, La Meute du Silence, et L'Assemblé du Torrent. Mon frère et moi-même sommes nés sur la Terre des Aigles, mais nous fûmes exilés sur la Terre des Ombres pour un péché de lèse-majesté selon le Conseil, ce qui fit de nous des "Déchus". Ainsi, Emylios intégra la Meute du Silence, tandis que je fis le choix de partir seul. Depuis ce jour, mon frère m'en veux, et nous avons déclenché la guerre d'orgueil qui nous sépare encore aujourd'hui."; Fascinée par le récit qui m'était conté, une question me dérangeai:"Je vois, mais quels sont les raisons de cette bataille d'égo au juste...?"; Amalaréo s'assit devant moi, et fort de sa grande taille il poursuivit son histoire avec un peu plus d'entrain dans la voix:"Rien de véritablement sérieux selon moi, mais mon cher frère a toujours eu un grand sens de l'honneur, et c'est d'une faute commune, qu'il refuse d'admettre, que nous avons été exilés, faute de preuve pour ne condamner que l'un de nous deux. Nous avions été dénoncé par nos paires, devant l'absurdité de notre geste. C'était d'ailleurs, je le concède, trop raisonnable de leur part."; Il me lança un regard inquiet, comme s'il se demandait si je comprenais, suivais, ou juste écoutais vraiment toute l'histoire.

    Encore bien plus passionnée par ce récit qu'il ne pouvait l'être en le racontant, je continuais de poser quelques questions:"Que s'est-il passé exactement ? Et parmi ceux qui vous ont dénoncés, qui t'a le plus marqué parmi eux ?"; En se rendant compte de mon intérêt pour ce qu'il me disait, il ne pu s'empêcher de sourire de toutes ses dents, pour répondre ensuite à mes interrogations:"Et bien, c'est juste que nous avons loupé notre coup, mais encore un peu, et nous mettions la Terre des Aigles en feu avec nos bêtises, hahaha! En tout cas, parmi ceux dont je me souviens, et surtout celui qui nous a arrêté à temps, s'était un croisement que je n'avais jamais vu avant ça, et jamais revu depuis: un croisement de griffon et de dragon il me semble... Il était également accompagné par un drôle d'oiseau, assez étrange, qu'il emmenait partout avec lui, et semblait même le diriger... Intriguant n'est-ce pas ? Et bien, il avait réussi à l'aide de son piaf à appeler du renfort pour éteindre le feu qui avait déjà commencé à faire cramer la zone... Bref, on s'est fait démontés pour ça, et voilà où nous sommes à présent... Deux frères en froid depuis des siècles à présent, et aucune trace de ce héros solitaire... Pourtant, selon les infos que j'ai réussi à grappiller sur lui, il serait devenu un puissant guerrier, défenseur de toutes terres et protecteur des plus démunis."; Je me permis alors une remarque:"Ouais, une sorte de Robin des Bois si on veut... Tu l'a revu depuis, ou vraiment plus du tout depuis ce jour...?"; Le dragon remit sa tête à mon niveau, et esquissa un mouvement lent vers moi:"Hélas non, mais à mon tour d'en apprendre plus sur toi. Qu'elle est ton histoire...?";

    Bien moins rassurée à l'idée de raconter ma vie à cet être au bon fond mais à l'apparence de monstre, je pris une seconde afin de réfléchir à ce que pourrait bien lui dire sans en dire trop non plus, comme il venait de le faire avec son histoire à lui. Cependant, il semblait impatient d'en apprendre plus, assez bizarrement d'ailleurs:"Au pire, laisse-moi guider ton récit par quelques questions. Et la première serait: qu'est-ce qui t'amène ici ?"; J'étais hésitante, et répondis à sa question en tranchant dans le lard ce que je lui disais:"Ok, alors je suis ici parce qu'on m'y a emmené. Après, le problème c'est que je ne me souviens plus de tout, mais je vais faire au mieux... Le fait est que... j'ai pas mal de doute sur ce que je vis en ce moment, et donc je fuis un peu mon destin si tu veux... Alors certes, j'ai fait des rencontres ; certes j'ai de la chance, mais ne me souvenant pas de tout, j'ai quelques doutes quant à la véracité de certains faits qui m'ont été rapportés, et je crains ça ne sois pas très utile de débattre là-dessus. Et puis, à la base, je suis aussi ici pour vérifier quelque chose, et je crois que mes craintes sont finalement fondées..."; Le dragon me paraissait perdu, ce qui pouvait être normal, après tout: il ne connaissait rien de moi, alors autant d'infos "vagues" d'un coup, ça a dû le déranger un minimum:"Comment cela donc ? De quelles craintes s'agit-il ?"; Je laissai un regard vers le sol, perdue dans le flux perpétuel de mes pensées:"Rien qui ne vailles la peine que tu l'entendes, rassures-toi. Disons plutôt que, mes suppositions on l'air d'être un peu trop cohérente avec la vérité, alors que je pensais mes hypothèses à la base complètement infondées..."; Amalaréo me lança un regard compatissant:"Tu es en quête de vérité...? Qu'est-ce qui te manque selon toi ?";

    Sans vraiment réfléchir au sens de mes mots, je laissai mes pensées s'exprimer pour moi:"Et bien, mon passé dont une partie manque, mes sentiments qui m'avertissent de quelque chose que je ne cerne pas, et la complexité d'un monde qui me donne parfois l'impression de ne pas être le mien peut-être...? Enfin, à moins que ça ne soit que ma stupidité et mon égoïsme qui font que je fouine pour savoir, alors que je ne devrai pas... Au choix."; Le dragon semblait perplexe, et alors qu'il s'apprêtait à poser une autre question, nous vîmes Thya revenir, l'air complètement abattu, alors que dès qu'elle me vit, elle me fusilla du regard, au point que je me tue instantanément et déviais le regard afin de ne pas sentir sa haine appuyée envers moi. Le gardien demanda soudain, d'un air détaché:"Alors, ça va mieux ?"; La dragonne lui jeta un regard presque complice, et parla d'une voix inhabituelle, trop calme pour qu'elle ailles bien en tout cas:"Mieux ? Comment te dire ça...? Et bien, j'ai une amère impression de trahison. Comme si celui que j'idéalisai venait de rompre le charme qu'il exerçait sur moi... M'enfin, c'est pas comme si j'avais passé la TOTALITÉ de ma vie à ses côtés, et que ça ne m'affectait pas le moins du monde, naaaan..."; Le sarcasme qu'elle venait de faire, remplit d'une cruelle ironie, me fit penser qu'elle ne comprenait pas tout non plus. Après cela, Amalaréo posa à nouveau une question:"Que t'a-t-il dit exactement pour te mettre dans un tel état ?"; Sur un ton caricatural, elle répéta ses mots et imita grossièrement sa voix:"Oh, pas grand chose, juste que, je cite: Tu n'as pas à me détruire la vie comme tu le fais si vaillamment depuis des années, que dis-je, des siècles entiers! ; voilà ce qu'il m'a dit! Comme si cela puisse-t-il être de quelconque manière agréable à toute oreille qui entend un compliment pareil..."; A enchainer sarcasme sur sarcasme, je ressentais une forme de lassitude et d'exaspération me rappeler  une chose: si Philias en comme ça envers, c'est bel et bien à cause de son caractère à la base... donc si elle veut le voir changer, elle devrait d'abord changer elle-même...

    A suivre...

     

    Voilà voilà^^! Alors je sais, c'est trèèèèèèès long, et ça avance relativement lentement, mais bref x')! Sinon, vous l'aurez remarqué, mais il manque un morceau de la chronologie de Lamezia dans cette "dimension miroir et alternative" et que je conte une partie de l'histoire de Nhyr et Laow, sans même citer leurs noms x'3! En tout cas, j'espère juste que ça vous sera clair, et que vous aurez bien perdu une bonne heure à lire ce chapitre, et le relire pour y retrouver des fautes si vous en avez la patience xD! (perso, je pencherai plus pour 2h si vous cherchez des fautes, parce que le texte en dense x) Bref, bonne chance aux courageux, et merci d'avoir lu^^! La suite bientôt, Nhyr et Laow, c'est pour les 1000 visiteurs (le chapitre 1 je parle x), et enfin, à très bientôt pour la suite, bonne vacances, et ciao ;)!


  • Commentaires

    1
    Samedi 1er Avril 2017 à 12:36

    Suis pas en vacances mwa ;-;

    Pitite erreur ici je crois : Cela dit, il reprit l'exposition de son plan:"Donc, reprenons... Comme tu t'en doutes je pense, Draniolon est actuellement à ta recherche, ou du moins

    La virgule est un peu bizarre je crois xD

    L'ange noir, lui, eut prit plus de temps pour se redresser, mais il n'avait pas trop souffert de l'incident.

    C'est français ça ? x)

    "C'est cela. Mais il y a quelque ici, que je ne comprend toujours pas..."

    Plutôt quelqu'un non ? ^^

    Et bien, mon passé dont une partie manque, mes sentiments qui m'avertisse de quelque chose

    Là je suis pas sûr mais je crois que c'est -ent à la fin de "m'avertisse' ^-^

    Wouala c'est tout ce que j'ai trouvé xD

    Chapitre cool au passage ^^

      • Samedi 1er Avril 2017 à 12:51

        D'accord, alors ton premier point, pour la virgule, je t'assure que c'est correcte, et les virgules sont placés de la manière dont je voulais voir le rythme de la phrase énoncée, et donc tu l'as juste lu... différemment ?

        Ensuite, je crois, il me semble, que c'est correcte, et comme je n'en sais fichtre rien, je vais pas corriger, (ou même aller vérifier, parce que la flemme, mais voilà x'D!)

        Là, je suis d'accord, et je vais le corriger de ce pas x)!

        Et là aussi, j'ai pas fais gaffe x3! Bref, merci pour ce relevé, mais je n'en ferai que la moitié^^! Même si c'est sympa d'avoir pris la peine de les relever^^!

      • Samedi 1er Avril 2017 à 12:54

        Ah oki xD

    2
    Samedi 1er Avril 2017 à 12:59

    Voilà corrigé^^!

    Sinon, question pour toi: Amalaréo, comment le voyais-tu au début (plutôt comme une menace, ou comme autre chose ?) et ton "premier jugement" a-t-il changé à mesure que tu avançais dans l'histoire^^! (j'ai juste essayé d'influencer la perception qu'on pouvait avoir du gardien au premier abord, mais je veux juste savoir si j'ai réussi ou pas x')

      • Samedi 1er Avril 2017 à 13:17

        Je le voyais plutôt méchant mais au final il est gentil ^-^

      • Samedi 1er Avril 2017 à 13:22

        Donc j'ai réussi x3! Oki, merci^^! (pour ton avis x)

    3
    Jeudi 13 Avril 2017 à 20:34

    Le dragon squelettique blblblbl *o*  Je viens de voir le chapitre mais bon

      • Jeudi 13 Avril 2017 à 20:54

        Et quelles sont tes impressions^^? (en gros, as-tu eu l'impression que je voulais donner, ou étais-tu à moitié certain de ta conclusion finale à propos d'Amalaréo x)?

        J'ai posé la même question à ton frère, comme tu as pu le voir plus haut d'ailleurs^^'... Et puis, tu sais, je n'ai pas sorti la suite de cet article, car il est en cours d'écriture depuis cette aprèm à peine^w^'... Bref, revenons-en à la partie intéressante: T'étais-tu trompé sur le compte du Gardien, ou pas^^?

      • Samedi 15 Avril 2017 à 13:27

        Au début, Amalaréo était un peu dans le rôle du "méchant" et...Bah non, il est sympa. ^^' J'aime beaucoup les personnages comme lui :p

      • Samedi 15 Avril 2017 à 15:08

        Haha^^! Et je prend note de ta dernière remarque dans ce cas x')! (pas comme si y'en aurait 1 milliard derrière lui, naaaaaan... à peine ;P!)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :