• Chapitre 1

     

    Chapitre 1 - Chapitre 1 - La Terre des Ombres, une terre marquée par le sang

     

    Chapitre 1

    Au cœur de la forêt vivent deux frères. L'un s'appelle Hamel, le jumeau de celui se nommant Tyhor. Tout deux sont des loups nés sur la Terre maudite qu'est la Terre des Ombres, et survivent ensemble sur ce terrain hostile. Aujourd'hui est une journée banale, comme les autres pour ce duo-là. Tyhor se réveille, se dresse sur ses deux pattes arrières, comme à son habitude, et part vers le socle de pierre au milieu de la clairière entourée de forêt dans laquelle ils vivent. Son frère, dormant encore sous son sapin d'épines d'un bleu ardoise, ouvre lentement les paupières. Les rayons du soleil l'éblouissent un peu, et le poussent à se lever sur ses quatre pattes.

    Rejoignant son frère, il se sent confiant pour la partie de chasse du jour.

    "- Ah! encore une belle journée en perspective ! Tu comptes partir chasser où aujourd'hui frérot ? demande Hamel.

    - En fait, je pensais me rendre au lac, j'ai envie de poisson pour changer...

    - A-Attends... tu es sûr de toi ? Mais tu vas perdre la chasse du jour ! Et tu sais très bien comme il peut être violent avec les perdants...

    - Ouais, tu parles de ce tyran de Zyn ? T'inquiète, je me fais pas de souci... Et puis, pour une fois que tu gagnes, plains-toi ! Je vais subir le courroux de sa haine, son déshonneur face à ma performance, et alors ? C'est de sa faute si on est là, parmi les déchus, les bannis et les damnés... Lui-même a été incapable de conserver ses pulsions meurtrières depuis des années... regarde, nos corps en porte les cicatrices, et à chaque fois qu'il vient, c'est la même histoire... T'en as pas ras-le-bol toi ?

    - ... C'est vrai que me faire battre à grands coups de griffes à chaque fois que je perds... c'est à dire tout le temps, presque... c'est éreintant. Pourtant, j'ai le sentiment de devenir plus fort.

    - Mais à quoi bon ? C'est pas comme si nous, on mouillait avec ceux de la Meute du Silence... enfin, à part avec Zyn, mais c'est tout. Ta force ici ne te sert qu'à la survie, mon frère ! Et tu es déjà bien assez débrouillard pour continuer à supporter la haine que nous voue ce bon à rien de damné.

    - Bon... c'est pas tout ça, mais si je reviens les pattes vides, je risque quand même de perdre la chasse. Donc... à toute à l'heure, frangin.

    - Oui, et bon courage."

    Chapitre 1

    Ainsi, ils s'échangèrent un dernier regard. Hamel se mit en route vers le petit lac à quelques kilomètres de là en longeant un simple sentier qui l'emmène à longer un cours d'eau, tandis que Tyhor part chasser dans la forêt aux feuilles couleur sang.

     

    En solitaire, Tyhor arpente les bois, à l'écoute du moindre son durant bien des heures. Un craquement de branche fit alors écho, et les croisements parcourant habituellement les lieux tels des soupirs, explosèrent tout d'un coup, avant de disparaître en une foule de battements d'ailes. Qu'avait bien pu provoquer ce bruit ? se demanda le loup.

    Intrigué, il s'approcha de la source du bruit : une foule de petits dragons qui atterrissaient par vagues de cinq. C'est quoi ça, encore ? s'interrogea de nouveau Tyhor. Dans le doute, il se cacha dans un buisson et assista aux premiers vols, mais il se lassa bien vite pour retourner chasser un peu plus loin.

    Là ! Un cerf ! pensa-t-il en détectant une silhouette avec des bois dans les profondeurs obscures de la forêt éternellement automnale. Il s'avança à pas de loup en optant pour passer par les buissons. Une fois assez proche de sa proie, il bondit et planta ses crocs dans la nuque de la pauvre bête. Enfin une belle prise ! pensa-t-il, fier de lui.

    Soudain, des voix commencèrent à éclater au loin, brisant la satisfaction du prédateur. Partagé entre la curiosité et la sécurité, il préféra se dépêcher de retourner à la clairière.

    Chapitre 1

     

    De son côté, Hamel rejoint enfin le lac. Comme prévu, il y trouve une faune foisonnante. Ainsi, il se contenta de quelques spécimens seulement, et repartit avec un saumon et deux, trois carpes. Mais il eut un étrange sentiment... celui d'être observé. Inquiet par cette sensation désagréable, il tend l'oreille en se dressant sur ses deux pattes, le poisson encore entre les griffes, et il se met à humer l'air. Cette odeur... serait-ce...? pensa-t-il, surpris.

    "- Zyn ! C'est pas drôle, sort de là !

    Un silence pesant prit place. Pas un bruit, pas un oiseau à l'horizon pour gazouiller tristement dans la forêt des rejetés, puis soudain, un rire. Un rire malsain, reconnaissable entre mille. J'avais raison, pensa-t-il encore.

    - Hin hin, salut mon garçon... La chasse avance ?

    - T'occupe, je chasse pas aujourd'hui.

    - ... ? Pardon ? Et on peut savoir pourquoi, mon poulain ?

    - Je t'interdis de m'appeler ainsi... rétorqua Hamel, exaspéré. Je sais que tu me considères comme meilleur que mon frère, mais nous sommes égaux, saches-le.

    - ...Hin hin hin, raisonnement étrange ! Pourtant, le tableau des scores ne ment pas, lui ! Et pour preuve, ton sapin a bien plus de marques que celui de ce bon à rien de Tyhor... Tu vois ! C'est toi le meilleur ! Tu ne voudrais pas subir le même sort que lui tout de même... finit-il d'une voix à la fois mielleuse et provocatrice.

    - ... Écoute, je n'ai que faire de ton petit jeu ! C'est toi l'imbécile dans l'histoire, alors arrête de reporter ta frustration sur nous, père indigne !

    - Comment oses-tu !! Hamel ! RAAAAAHH !!! Tu es prévenu, ce soir, si tu ne bats pas ton frère, tu périras ! Je n'ai que faire d'un fils qui se prend pour un chef ! Et pire encore, je ferai mon rapport à la Meute, et tu subiras les conséquences de ton échec.

    Chapitre 1

    - Et alors ? Qu'est-ce que ça peut bien faire que je perde ? Qu'est-ce que ça peut bien te faire d'avoir honte de ton soi-disant "meilleur fils", sachant que celui qui me fait honte ici, c'est bien toi, Zyn ! Ose venir ce soir, et c'est la mort qui t'attends, cher père. Je serai sans pitié ! Œil pour œil, dent pour dent, tu subiras ma haine de plein fouet ce soir, si tu oses pointer le bout de ta truffe décrépie. Je ne veux plus te voir, je ne veux plus t'écouter, je n'arrive plus à te supporter, et de fait, je te somme de partir sur le champ. Rejoint donc tes amis, ta Meute, les autres damnés comme toi ! Tu ne vaux plus rien à mes yeux depuis ce jour... si tu savais. Si tu savais ce que tu nous as fait, à nous, à maman, à tes propres fils !J'espère sincèrement ne plus te revoir... Sur ce, adieu."

    Sans un mot, Hamel enserre les poissons dans ses pattes avants, et se mets à marcher sur le chemin du retour. Zyn, quant à lui, le regarde partir, le visage impassible, mais la haine dans l'âme. Il a passé ses dernières années à faire vivre la pire des tyrannies à ses propres enfants, et à présent, il veut bien plus que simplement les faire souffrir. Il veut les torturer, les faire payer leur rébellion, qu'ils souffrent autant qu'il a souffert, et qu'ils découvrent enfin quel type de folie le ronge : la culpabilité. Il est coupable d'avoir tué, il le sait, mais ne le reconnait pas. Il le nie du plus profond de son âme, il reporte la faute sur ses fils, et leur jeune âge au moment des faits. Tout ça, à cause d'eux... pensa-t-il, fou de rage.

    Chapitre 1

    Hamel était déjà loin, mais Zyn voulait qu'il entende ce dernier murmure et cri du cœur : "Hamel, je ne viendrais pas ce soir. Non, pas ce soir. Mais bientôt, oh oui, très bientôt, tu mourras avec moi. Une guerre qui nous opposera, moi et la Meute contre toi et ces crétins de dragons. Je leur ferai la peau, à tous !! Hahahahaha !! HAHAHAHAHAHAHAHA!!!"

    Dans cet élan de folie, les yeux élargis par la haine et la soif de vengeance, il s'en retourne rejoindre les siens, ceux qu'il considère comme sa vraie famille.

     

    De retour chez lui, Hamel trouve Tyhor assis sur le socle de pierre, à observer les étoiles du ciel laissant tranquillement place à la nuit. En entendant son frère approcher, il accourt vers lui, fou de joie.

    "- Hey! Hey! Regarde un peu sur quoi je suis tombé ! Belle bête, pas vrai ?

    - Wow !! Je crois n'avoir encore jamais vu un cerf si imposant de ma vie ! Tu l'as trouvé où ?

    - Oh! euh... Il me semble que c'était pas trop loin de la frontière, à l'ouest. Y'avait pas que ça d'ailleurs, je crois que des petits dragons passaient leur baptême...

    - Moi aussi, j'ai fait une rencontre aujourd'hui... dit-il, le sourire maussade.

    - Tu l'as croisé, pas vrai...? demande-t-il, se doutant de l'issue de la conversation.

    - Oui. On est monté dans les tours, il m'a menacé, je l'ai menacé en retour, et bref... le connaissant, il ne viendra pas. Les lâches n'affrontent pas la mort en face, finit-il, d'un ton catégorique.

    - Je te savais pas comme ça... D'habitude, c'est moi qui perds mon sang froid ! Et donc... il ne viendra pas ce soir ?

    - ... Qui sait... peut-être pas ce soir, mais mieux vaut rester sur nos gardes cette nuit, et les prochains jours. J'ai pas envie d'être achevé par un crevard comme lui, poursuit-il, acerbe.

    - Bon, du coup, on s'fait une bouffe ? J'ai une faim de loup ! Pas toi ?

    - ... Non, je n'ai pas vraiment le cœur à manger ce soir, mais si tu veux, on peut passer un peu de temps ensemble pour changer ! T'en penses quoi ?

    - Cool !! Mais viens quand même manger un morceau... ce serait dommage que tu manques d'énergie, surtout s'il décide d'attaquer.

    Tyhor sourit à son frère avec tendresse, et Hamel fait de même. Une chaleur emplit son cœur de joie face au soutien de son frère. Il a bien grandit, lui aussi, pensa-t-il avec nostalgie.

    Chapitre 1

     

    Sur le socle de pierre, les deux loups s'installent et se mettent à manger. Une récompense pour la journée de chasse, et une victoire pour Tyhor qui dévore littéralement son trophée de chasse avec délectation.

    "- Au fait, même s'il ne vient pas ce soir, je t'accorde la victoire frérot ! Tu l'as bien mérité. Hahaha !! Regarde-toi, tu t'en mets partout ! lança Hamel sur une note bonne enfant.

    - Hééééééé ! J'y peux rien moi, si sa carcasse est gigantesque, à ce cerf ! 'Pas d'ma faute, d'accord ? Et... t'es sûr de toi...?

    - Héhé, j'ai pas dit le contraire. Et oui bien sûr frérot, va donc mettre une barre de plus sur ton tronc avant que je change d'avis ! poursuit-il, joueur.

    - Ok ! Ok, laisse-moi deux secondes...

    - Un... Deux...

    - Voilà ! T'aurais au moins pu me laisser finir avant !! Mais bon... merci frangin, merci beaucoup..."

    C'est avec beaucoup d'émotion que les deux loups échangèrent un regard. L'un est fier de l'autre, et l'autre est reconnaissant envers le premier.

    Puis, c'est sur la proposition d'Hamel que le duo passa le début de la soirée à jouer, à se raconter des histoires, et à ressasser le passé avec mélancolie avant de s'endormir sous le même arbre pour une fois.

     

    ***

     

    Voilà maintenant des heures que le jeune duo de dragons s'avance sur la Terre des Ombres. Depuis leur altercation avec leur enseignant, Phyl mène le pas en suivant le sentier droit devant lui. Nhyr le suit, encore hésitant et soucieux du sort qui pourrait les attendre. Aucun des deux ne parlent, et l'ambiance oppressante et froide de la forêt pesait sur la conscience du jeune griffon. Il en profita cela dit pour détailler la végétation : Les arbres avaient tous des troncs sombres, presque noirs, tandis que leur feuillage était d'un splendide rouge. Les branches penchaient lourdement vers le sol, créant une voûte feuillue au-dessus du binôme. Le sentier était couvert de cendres couleur charbon, et le croisement d'animaux hantait les lieux. Rien de très rassurant, pensa-t-il.

    "- Phyl..., interpella le jeune griffon. Tu sais ce que tu fais...?

    Phyl s'arrêta, se retourna vers son ami, et le regarda de ses yeux perçants. Son œil émeraude scintillait sous la lueur rougeâtre des feuilles, tandis que son œil jaune avait pris une couleur ambre. Le bleu resplendissant de ses ailes donnaient l'illusion d'un violet cristallin, tandis que sa fourrure blanche avait pris des teintes roses pâles. Par contre, le vert de ses écailles était devenu plus terne sous la lumière de ces bois. Il ferait presque peur s'il n'avait pas sa gueule d'ange... pensa-t-il encore.

    - Je pense savoir. Tu me fais confiance, Nhyr ?

    - B-Bien sûr ! Nous sommes comme des frères, pas vrai ? finit-il avec réticence.

    - Je suis heureux que tu me considères comme tel, lui sourit-il, et il en est de même pour moi. Pourtant, nous ne pourrons plus retourner à ma planque avant un petit moment. J'espère que tu en es conscient. Nous devrons nous débrouiller par nous-même, pour défendre les êtres qui peuplent ces terres dans la contrainte.

    - Je sais... répondit Nhyr timidement. Je suis avec toi. Mais... quel est ton plan ?

    Phyl semblait réfléchir un moment, en le fixant du regard. Puis, il se retourna vers le sentier.

    - Tout d'abord, commençons par nous rendre au cœur de la forêt. Avec un peu de chance, nous trouverons bien des gens avec qui discuter, et en apprendre plus. Tu viens ? demanda-t-il, d'un sourire confiant vers son ami."

    Il n'en fallut pas plus à Nhyr pour reprendre la route d'un pas plus décidé. Néanmoins, une peur se creusait encore un peu plus dans son esprit. Qui comptaient-ils sauver ? Qui sont ces êtres, et pour quelles raisons ont-ils bien pu avoir été envoyés ici ? La crainte de croiser des bêtes assoiffées de sang ou de pouvoir le terrifiait, mais il voulait savoir, et il savait cette idée partagée avec Phyl.

     

    A mesure qu'ils avançaient dans ces bois ténébreux, la lumière laissait place à la nuit et le sentier s'ouvrait peu à peu sur une immense clairière. Quelques majestueux sapins trônaient en son centre, encerclant une espèce de socle de pierre. La lune y déposait ses délicats rayons bleutés, tandis que le duo s'approchait lentement.

    "- On est arrivés tu penses ? murmure Nhyr à l'oreille de son ami.

    - J'en ai bien l'impression... mais on est pas tout seuls. Regarde, marmonne Phyl d'un ton calme et assuré.

    - ...! Un... U-un, un loup !! s'esclaffe Nhyr de stupeur avant de se faire taire par la patte de son ami.

    - Moins fort... tu vas les réveiller. Allons nous poser dans un coin, nous irons leur parler au lever du jour.

    - Compris."

    Nhyr et Phyl choisirent donc le pied d'un des sapins pour s'installer pour la nuit. Sans un mot, ils s'endormirent, épuisés par leur journée.

     

    Le lendemain, Nhyr ouvrit les yeux aux premières lueurs de l'aube. Avec fatigue, il détendit ses muscles avant de trouver la force de se lever. Un silence apaisant règne sur la clairière chaleureuse au milieu des bois sanglants. Un vrai paradis au cœur des enfers, se dit-il avec amusement.

    Phyl dormait encore, sûrement achevé par la marche d'hier. Le jeune griffon choisit de faire un tour, pas trop loin d'ici, histoire de repérer le coin. Le soleil se levait à l'Est, et le ciel avait emprunté du rouge à la forêt, devenue écarlate par le contre-jour. Les nuages étaient dorés, comme la fourrure du petit observateur sous les splendides lumières du matin.

    Nhyr se perdit un instant à admirer la vue, avant d'analyser le reste. Eux, étaient venus du sentier menant vers l'Ouest. On avait le soleil dans le dos, se remémore le griffon doré. Il continua de tourner sur lui-même, avant de voir au Nord un large chemin. Les arbres formaient une rangée de part et d'autre d'une ligne d'herbe verte, parcourue par de féériques petites fleurs de cotons. D'autres variétés, comme des plantes à larges feuilles rondes et aux fleurs rouges dont les pétales forment de fines lamelles longeaient la petite route champêtre. Un ciel d'un bleu d'azur se dressait au loin, avec une montagne un peu particulière. Des arbres qui semblaient comme palmés par des feuilles en éventail se dressaient majestueusement, déséquilibrés par les éléments et leur jeune âge.

    Puis, il remarqua de petits êtres au loin, qui se déplaçaient. Il ne les avait pas vus au premier abord à cause de leur apparence qui se fond à merveille dans ce décor hors du commun. C'est donc ça, la fameuse terre convoitée j'imagine...? supposa Nhyr, dubitatif.

     

    "- Hey! toi ! Qui es-tu ? interroge une voix modulée derrière lui.

    Par peur de savoir qui l'interpelait ainsi, il hésitait à se retourner. Un deuxième rappel le convint de s'exécuter malgré son angoisse croissante.

    - Alors p'tit gars... tu traînes par ici avec ton pote ? Vous savez que c'est interdit au moins...? continue un loup à l'air revêche et aux nombreuses cicatrices. Il est à quatre pattes, tout comme lui, et des balafres passent sur ses deux yeux.

    - ... Je suis désolé si nous vous importunons... Nous sommes-là pour une mission spéciale pour la Terre des Aigles...

    - Pour la Terre des Aigles ? Ah... si jeunes, et déjà si braves. Hélas, je doute que vous soyez les bienvenus ici. Rentrez chez vous avant que vos parents ne vous pensent portés-disparus.

    - ... E-En fait, nous ne pouvons pas rentrer... Pas maintenant.

    - ...? Ha ? et on peut savoir pourquoi ? interroge avec intérêt le loup.

    - Si nous échouons dans notre tâche, cela reviendra au même que si nous n'avions pas bougés, parce que nous serions envoyés ici de nouveau... en tant que "déchus".

    Tyhor reste sans voix. Deux petits dragons, déchus pour un simple "échec" ? c'était impensable pour lui. Pourtant, le jeune griffon semblait sincère, il n'aurait aucune raison de mentir non plus... Alors pourquoi exactement ?

    - ... Je... vois. Tu pourrais m'en dire plus ? demande-t-il d'une voix plus douce."

     

    Nhyr ne voulait pas s'étendre davantage sur des actes aussi récents qu'il a tant de mal à assumer, mais il força son courage à répondre à cet inconnu.

    "- En fait, hier... Phyl et moi-même avons eut un... accrochage avec l'un de nos enseignant. Et, je ne sais trop s'il s'agissait d'un coup de tête ou d'un acte réfléchit, mais Phyl s'est mis en tête d'empêcher, ou du moins, de retarder la guerre à venir... Vous savez ? celle qui concerne cette terre là-bas.

    - Ouais... L'Eden comme Zyn la surnomme. Je vois très bien de quoi tu parles, petit. La Meute du Silence désire soi-disant ces terres pour "avoir plus de place" pour tout le monde... Cela dit, regarde un peu autour de toi ! C'est désert sur trois kilomètres ! Personne, à part Hamel et moi-même. Personne d'autre que nous, et Zyn, qui s'est peut-être résigné à ne plus venir... Tu crois qu'ils veulent vraiment plus de place pour héberger tout le monde ?

    - ... Maintenant que tu le dis... C'est vraiment nécessaire...? Enfin, si ce n'est pas pour cette raison-là... alors pourquoi...?

    - ... La nature des êtres qui vivent ici-bas est impardonnables pour certains, mais d'autres n'ont pas demandés cette vie. Mon frère et moi-même sommes victimes de notre naissance. Nous avons pour père un irresponsable, et hélas, nous sommes nés sur ces terres. Autrefois, nous aurions fait partis de ceux qui vivent en paix, au loin, sur cette montagne... Mais... Voilà. Mon père est devenu fou, assoiffé de sang, et à tuer notre mère. J'ai réussi à lui pardonner ses actes, sa folie, et sa solitude au fond... mais Hamel, lui, n'y arrive plus.

    - Zyn... C'est ça ?

    - Oui. Un damné, qui se plait à confondre sa soif de vengeance avec un but dans la vie... Il est pas seul dans ce cas-là. Il fait partit de la Meute du Silence. Et eux, c'qu'ils veulent vraiment, c'est décimer tous les dragons de la Terre des Aigles... par vengeance. Personne ne sait encore
    quand ça va dégénérer, mais pour être franc, je n'aimerai pas revivre les conséquences d'une autre guerre.

    - U-Une... autre guerre ?

    - Nhyr !! Recule !! Vite !!! hurla Phyl, en accourant pour servir de bouclier
    face à la menace présumée.

    - Hey! Qu'est-ce qu'il se passe ici exactement...? Pourquoi tout ce chahut, dès le matin ? demanda Hamel, se joignant au trio.

    - Rien de bien méchant, frangin. Je discutais tranquillement avec le petit griffon doré.

    - V-Vous êtes...? se risqua Phyl, pour comprendre la situation.

    - Moi ? C'est Hamel, et lui c'est mon frère. Tyhor !

    - Lui, c'est Phyl ! Et moi, c'est Nhyr ! enchaîna le petit griffon."

     

    Nhyr prit un instant pour détailler le nouveau loup. Celui-ci à l'air plus gentil que le premier d'apparence, malgré ses cicatrices certes moins nombreuses que celles de son frère. Il se tient debout sur ses pattes arrières, ses griffes sont larges et ses oreilles sont partiellement déchiquetés. Et, sur son oreille droite, deux piercings du même bois que celui des arbres alentours se superposent. Ils sont à la fois intimidants, et rassurants, pensa Nhyr.

    "- Où en étions-nous cela dit ? poursuit Tyhor, dans ses pensées.

    - Vous mentionniez une autre guerre, non ? répliqua Nhyr

    - Ah, oui... cette guerre... lâcha Hamel avec amertume. Version courte ou version longue ?

    - Frangin, ils sont jeunes... Pas besoin de les accabler avec des détails.

    - Ouais... si tu le dis, frérot, répliqua Hamel. Bon, en clair, c'est une guerre qui opposait déjà la Meute du Silence au Conseil des Sages... L'Assemblée du Torrent n'étant qu'un simple "rempart" à l'époque. C'était une guerre meurtrière et peu glorieuse pour les "gentils" qui vous gouvernent, les enfants. C'est d'ailleurs pour ça que vous n'en avez jamais entendu parler.

    - Il y a cent ans, quand les Dieux ont choisis de nous laisser la possibilité de faire justice par "nous-même", certains ont pris le pouvoir et se sont alliés par "espèces". Cela créa ainsi trois clans, qui sont ceux-là même encore aujourd'hui ! enchaîna Tyhor.

    - Nos parents ont fait la guerre eux-aussi, continua Hamel. Zyn, et... mère voulaient obtenir les mêmes droits de manière pacifiste à la base. Mais... hélas, les anciens dragons ont préféré employer la force pour imposer le respect. L'Assemblée du Torrent aillant opté pour la "grandeur" du Conseil des Sages, la Meute du Silence a répondu à la provocation. Cette terre que nous foulons aujourd'hui a été spectatrice d'un véritable massacre. Il ne reste de nos jours plus que quelques êtres originels, et il y a nous... Nous qui sommes nés sur ces terres en temps d'après-guerre. Nous nous sommes habitués à ce mode de vie, mais pendant longtemps, ça a été dur. Très dur, moralement et physiquement pour tout le monde.

    - Notre père, Zyn, a sombré dans la folie, il a tué notre mère après une engueulade sanglante... Et depuis, Zyn nous accuse de l'avoir poussé à l'acte... mais... je ne sais même plus à cause de quoi ils se sont montés l'un contre l'autre cette fois-là, conclut Tyhor, défaitiste.

    - ...Il n'y a pas eu que chez vous... qu'il y a eu des morts... ajouta Phyl, les yeux dans le vague. Mes parents, eux-aussi... ils sont morts ici. Ma mère aurait dû, après cette guerre, être envoyés ici, parmi vous-autres, en tant qu'être déchus. Mais, n'ayant pas survécu à l'affrontement, et mon père ayant redoré son blason pendant le combat, nous avons pu rester sur la Terre des Aigles... Mais il tomba rapidement malade, et ne fut plus capable de m'élever seul. Quand je fus confié à l'Assemblée des Étoiles, ce fus la dernière fois que je l'aperçus vivant. On a tous un passé, pas vrai...?" finit-il, avec émotion.

     

    Nhyr n'avait plus les mots. Ses parents à lui, ne lui avaient jamais parlé de cette guerre. Ce conflit ne les avaient peut-être pas tant touché en fin de compte ? Après tout, sa mère a un rôle de stratège au sein du Conseil, et son père est un sage. Peut-être n'ont-ils perçus cette guerre comme un massacre dans lequel ils ne se sont pas salit les mains ? pensa le jeune griffon.

    "- Au fait, pourquoi êtes-vous les jeunes ? demanda Hamel, retournant à l'essentiel.

    - Nous sommes là pour aider des gens comme vous. Notre mission officielle est d'étudier la faune et la flore de la terre que vous convoitez.

    - Non, Phyl. C'est la Meute du Silence qui convoite cette terre, rectifia Nhyr avec douceur.

    - Heu... oui, pardon. Mais dans les faits, c'est un prétexte pour vous aider, vous, et tous ceux dans votre cas, à regagner vos libertés. Je ne sais pas ce que valent les êtres qui ont été envoyés et confinés ici pour leur prétendus pêchés impardonnables... Mais je sais que les injustices se doivent d'être réparées. Je me battrais jusqu'au bout pour que vous puissiez échapper à un sort que j'ai pu éviter de peu. Si moi j'ai eu cette chance, vous la méritez aussi.

    - Ahah !! Tu as de l'espoir, gamin... Comment comptes-tu t'y prendre, sans déclencher une autre guerre ? poursuit Tyhor, en écoutant se réponse avec attention.

    - A vrai dire, je pensais déjà apporter une forme d'espoir aux êtres de ces terres. Leur dire que nous ne sommes pas tous comme eux, là-haut. Et vous faire renoncer à vous battre de manière violente... pour opter pour quelque chose de plus pacifiste. Convaincre un maximum de monde parmi vous, et mettre des bâtons dans les roues de ceux qui s'évertuent à vouloir une autre hécatombe. La vie n'est pas un jeu, et je tiens à vous aider à vivre dans les mêmes conditions de conforts que nous, et vivre en paix si possible... Voilà ce que je compte faire.

    - C'est une vision très utopiste, mais je suis. Si tes convictions venaient à se réaliser, nous serions enfin débarrassés de tout ça... T'es pas d'accord frangin ? demanda Tyhor.

    - Bien sûr, frérot ! Voilà un petit qui vend du rêve, ça c'est sûr. On est avec vous." finit Hamel, le sourire aux lèvres et l'espoir qui emplit son cœur pourtant si meurtri.

     

    Le nouveau groupe passa le reste de la journée à s'organiser pour savoir par où ils allaient commencer pour poursuivre le plan. Ils partagèrent un repas ensemble, et s'endormir finalement un peu plus tard dans la soirée. Un message comme celui de Phyl sera-t-il accepté facilement par les habitants de la Terre des Ombres ? ou seront-ils contraints de passer par la manière forte, malgré leur conviction ? Après tout, leurs efforts n'aboutirons qu'au bout de combien de temps ? Temps de questions Nhyr se posait, encore et encore, avec l'espoir d'y répondre le plus tôt possible.


  • Commentaires

    1
    Mardi 24 Avril à 23:17

    Voyons voir si les commentaires marchent xD :

    1- Il veut les torturer, les faire payer leur rébellion, qu'ils souffrent autant qu'il à souffert,

    Pas d’accent ^^

    2- D'habitude, c'est moi qui perd mon sang froid ! Et donc... il ne viendra pas ce soir ?

    Perd avec –ds à la fin, parce que « moi »

    3- Une chaleur emplit son cœur de joie face au soutient de son frère.

    Pas de –t juste « soutien » x)

    4- Aucun des deux ne parlent plus, et l'ambiance oppressante et froide

    Le –plus est en trop je pense

    5- La crainte de croiser des bêtes assoiffés de sang ou de pouvoir le terrifiait, mais il voulait savoir

    Assoiffées  avec –ées

    6- la lumière laissait place à la nuit et le sentier s'ouvrait peu à peu sur un immense clairière

    Euuh c’est pas « une » ? xD

    7- Un ciel d'un bleu d'azur se dressait au loin, avec un montagne un peu particulière.

    Idem x3

    8- Nous sommes-là pour une mission spécial pour la Terre des Aigles...

    Un piti –e à « spéciale »

    9- Nos parents ont fait la guerre eux-aussi, continua Hamel. Zyn, et... mère voulaient obtenir les même droits

    Piti –s à même x) 

    10- Heu... oui, pardon. Mais dans les faits, c'est un prétexte pour vous aidez

    Me semble que c’est « aider »

     

    Et ché tout ^^ J’aime beaucoup les deux frères loups pour l’instant \o/

      • Mardi 24 Avril à 23:18

        Oh my dog, ça marche

      • Mercredi 25 Avril à 15:34

        Oui ça marche =DD!!! Wouhou ^w^!!!! Merci du relevé, je corrige ça tout de suite =D!!

        (merci pour les deux loups x)

      • Mercredi 25 Avril à 15:44

        C'est bon, corrigé sur la version d'ekla. (j'ai l'impression que Wattpad a un problème depuis quelques minutes, mais je vais voir)

      • Mercredi 25 Avril à 18:52

        Wattpad bug trop chez moi avec mon manque de connexion x)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :