• If I can't have Senpai :.Chapitre 11.:

    Lien de la page originelle: https://sonikkufreak.deviantart.com/art/If-I-Can-t-Have-Senpai-Chapter-11-641379939

    Nom de l'artiste originel: Sonikkufreak.

     

    Provenance: DeviantArt.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    "Où est-elle passée!?" Cria une infirmière à la recherche d'Ayano dans sa chambre d'hôpital.

    La pièce était vide et les draps étaient défaits, deux infirmières accoururent pour tenter de retrouver une Ayano portée disparue. L'hôpital aurait de gros ennuis si elle avait vraiment disparut des radars et cela deviendrait difficile de rehausser la mauvaise réputation de l'établissement si elle demeurait introuvable.

    "Elle est juste sortie comme ça!?" demanda l'autre intervenante en jetant un coup d’œil dans la pièce voisine pour vérifier qu'elle ne s'était pas trompée de chambre. "As-tu prévenu ses parents?"

    "Je suis tombée sur la messagerie!"

    "C'est mauvais!"

    "Qu'est-ce qui ne va pas Mesdames?" une voix fit sursauter l'infirmière. Un fringant docteur aux lumineux cheveux châtains et aux yeux d'un gris profond avec une monture de verre noire entre dans la chambre et toisait les infirmières en supposant les causes de leur panique.

    "L-La patiente est partie!" laissa échapper l'autre infirmière, elle continuait de chercher dans les autres chambres et nota l'entrée du docteur.

    "Vous avez égaré un patient...?" Satoru regardait d'un air sombre l'infirmière qui se trouvait dans la même salle que lui.

    "D-Désolée, je ne pensais pas qu'elle- surtout dans son état-" Maladroitement, l'infirmière trébucha sur la chaise à côté du lit et tomba par terre.

    "Je veux voir son dossier médical." dit-il à l'autre infirmière alors qu'il se pencha pour aider la première à se relever.

    Pourquoi ces infirmières étaient-elles si tête en l'air et à ce point sans cervelle? Plutôt que de se supposer comment ces infirmières ont réussi même à trouver cet emploi, il se demanda comment cette patiente a pu s'enfuir sachant d'autant plus qu'elle se trouvait en soin intensif.

    "M-Merci Satoru-kun." L'infirmière rougis un peu plus face au gentleman qu'il était.

    "Soyez plus prudente la prochaine fois." lança Satoru en détournant les yeux.

    "Voilà le dossier, docteur!" dit l'autre infirmière en rentrant dans la pièce en lui tendant le fichier beige. Satoru l'attrapa et l'ouvrit, ses yeux analysèrent le contenu avec attention.

    "C'est une blague?" dit Satoru contrarié, tandis qu'il haussa un sourcil à l'infirmière qui lui a donné le dossier.

    "H-Hein...?"

    "Il n'y a aucune information à l'exception d'un numéro de téléphone."

    "E-Et bien, la patiente était inconsciente et se sont ses camarades de classe qui l'ont amenée ici, et non pas ses parents..."

    "Comment s'appelle-t-elle?"

    "Oh hum...Je crois que l'un de ses amis l'a appelée....Aishi-San."

    Satoru se figea sur place une seconde en entendant le nom qui glissa des lèvres de l'infirmière. Sans un bruit, Satoru ferma le dossier beige et le rendit à l'infirmière. "Mettez ce dossier dans l'armoire."

    "O-Oui, docteur.." dit l'infirmière en quittant la salle avec le bruit des talons qui la suivait.

    "S-Satoru-kun?" L'infirmière qui était encore avec lui le regardait l'air confuse. "Quelque chose ne va pas...?"

    "Aishi...Aishi..." Le docteur se murmurait le nom à lui-même. "Quel nom nostalgique."

    "Docteur...?"

    "J'espérai ne plus jamais avoir à entendre ce nom." Poursuivit le docteur en regardant par-delà la fenêtre de la chambre. Il sourit légèrement. "Je ne pas attendre."

    _______________________________________________

    "S-Senpai!" Ayano hurla presque en le voyant. Immédiatement, elle se mit à rougir et son cœur s'accéléra. Taro se trouvait en fait dans la même pièce avec elle.

    En entendant la voix d'Ayano, Taro leva les yeux pour la voir debout devant lui. Il cligna plusieurs fois des yeux et il se leva rapidement de sa cachette.

    "T-Tu es la fille qu'elles bastonnaient!" dit Taro en le regardant de haut en bas. "T-tout va bien- c'est du sang...!?"

    "Ne t'inquiètes pas...c-c'est mon sang..!" affirma Ayano en joignant ses mains ensemble innocemment. Elle ne pouvait pas laisser Senpai savoir qu'elle était une meurtrière, ça l'effrayerait sûrement bien plus vu la situation dans laquelle il se trouvait.

    "J-je vois....comment t'as fait pour entrer...?"

    "J-J'ai prit la clé passe-partout du bureau de la principale..." dit timidement Ayano, Taro la regardait avec ces magnifiques yeux qui étaient les siens ce qui la faisait bégayer malgré elle. Enfin toute son attention se portait sur elle.

    "Nous devons nous tirer de là, nous devons prévenir la police." affirma Taro la regardant nerveusement, il n'était pas certain de pouvoir faire confiance à cette fille depuis l'altercation avec Osana mais pour l'instant il devait désespérément sortir du lycée.

    "As-t-tu essayé d'utiliser le téléphone de l'infirmière?" demanda Ayano en posant son regard sur le téléphone posé sur le bureau.

    "J'ai essayé mais je pense que les délinquants ont coupé la ligne. De même, quand nous étions dehors j'ai tenté d'appeler la police avec mon portable mais la délinquante aux mèches violettes à frappé mes mains et détruit mon portable." répondit Taro en regardant ses mains violettes et pleines de bleus. Les contusions étaient encore sensibles au toucher et il avait du mal à plier ou bouger ses doigts. Rien que de les regarder, il reculait et se demandait si tout ça était bien réel.

    "Comment ont-elles osé te faire du mal!" répliqua Ayano un peu trop fort, provoquant un sursaut chez Taro. Elle n'avait pas noté que Taro était blessé, elle ne savait pas qu'il avait été attaqué quand elle se faisait battre. Maintenant, ces délinquantes allait payer.

    "Je vais trouver quelque chose pour les soigner." continua Ayano en lui tournant le dos pour chercher les fournitures. Elle prendrait soin de lui comme une mère s'occupe de son mari. Peut-être Senpai verra ainsi qu'elle pourrait faire une bonne épouse. Elle se sentit bouillir à l'idée d'être la femme de Senpai.

    "A-Attends, ta main, elle est cassée?" dit Taro en tendant sa main vers celle qui était endommagée, instantanément le visage d'Ayano chauffa quand elle sentit la douce étreinte de la main de Taro prenant la sienne. Taro examina sa main et fit une expression douloureuse à la vue de ses doigts retroussés vers l'arrière, c'était bien pire encore que lui.

    Le visage d'Ayano était entièrement rouge alors qu'elle regardait intensément Taro, il était si beau de près et ses mains étaient aussi douces que le jour de leur rencontre.

    De son côté, Taro plaignait cette fille, elle avait l'air d'avoir été malmenée comme poupée de chiffon qui se retrouvait à l'instant calme et ressaisie. Les yeux de Taro s'élargirent en découvrant quelques plaies défensives sur toute sa main en plus de traces de copeaux de bois et de saleté. Mais ce n'était pas ce qui le désemparait le plus, il remarqua que ses ongles étaient noirs de sang ou peut-être de peau. Qu'avait-elle fait pour se libérer?

    "T-Tu devrais ...t'asseoir sur le lit et te reposer à la place, je m'occupe des bandages." dit Taro nerveusement en lâchant rapidement la main d'Ayano. Ayano sourit radieusement à son offre et obéit au jeune homme, elle s'assit sur l'un des lits en l'attendant résolument ici.

    Taro fit le tour des fournitures de l'infirmerie, mais tout ce qu'il put trouver était des médicaments inconnus et des bandages sales, sûrement laissés-là par mégarde par l'infirmière. Taro alla ensuite voir du côté de l'armoire et poursuivit ses recherches. Pendant qu'il cherchait, Taro pouvait sentir les yeux de la fille posés sur lui. Quand il lui jeta un bref regard, elle ne daigna même pas détourner le regard, c'était comme si elle étudiait chacun de ses mouvements. C'était vraiment inquiétant pour lui.

    Finalement, la main de Taro frôla quelques bandages au fond de l'armoire, il les saisit et revint vers Ayano. "Hum..je...les ai..." Taro s'approcha nerveusement d'elle, les yeux de la fille ne l'avait plus quitté.

    "P-Peux-tu le faire pour moi, Taro...j'ai peur de mal m'y prendre..." demanda Ayano en le regardant d'un air innocent puis elle lui tendit sa main cassée. Elle voulait sentir à nouveau la douce étreinte de ses mains, c'était un désir qu'elle voulait assouvir.

    "D-D'accord..." dit Taro, il ne voulait vraiment pas la soigner après avoir spéculé qu'Ayano avait dû faire quelque chose de grave avec les délinquantes pour retrouver sa liberté, cependant il se sentait en quelque sorte coupable de ce qui lui était arrivé. Il s'agenouilla devant elle, il déroula doucement les bandages et attrapa la main d'Ayano un peu trop fort.

    "Aïe..." couina Ayano sous la courte douleur, sa main sursauta dans la sienne.

    "Ah-Ah, je suis vraiment navré..." s'excusa Taro en adoucissant son emprise sur la main blessée.

    "C-Ça va..." dit Ayano en détournant le regard les joues en feu. Taro était vraiment en train de prendre soin d'elle, c'était trop beau pour être vrai. "Je suis si heureuse à cet instant.." Ayano pensa pour elle-même, elle voulait que c'est instant dure pour toujours. Elle observait intensément Taro qui  de ses douces mains frôlaient la sienne en l'enveloppant de bandages, elle souhaitait juste qu'il soit un peu plus doux en soignant sa main.

    Les gestes de Taro s'apparentaient presque à ceux d'un robot, il ne voulait pas la regarder ni pour voir si elle souffrait, ni pour parler lui. Elle voulait lui parler.

    "Tu n'as pas à avoir peur..." lui dit Ayano d'une voix douce en tentant de baisser sa garde.

    "J-je n'ai pas peur! J'en ai juste marre de tout ça!" affirma Taro en serrant un peu trop les bandages.

    "Aïe..!" Ayano couina de nouveau.

    "D-Désolé.." dit Taro en desserrant la bandelette sur sa main. "Je veux juste...vraiment rentrer chez moi.."

    "Je vois..."

    La conversation s'arrêtait là, ce n'était pas la discussion idéale qu'Ayano espérait mais elle sentait que Taro ne voulait pas parler. C'était bien naturel, c'était une inconnue pour lui. Le regard d'Ayano s'assombrit de tristesse en en venant à cette conclusion. C'est vrai, il ne voyait que comme une étrangère, il ne la connaissait pas, et à ce moment-même il ne voulait pas la connaître, il voulait juste rentrer chez lui. Cette déduction heurtait le cœur d'Ayano mais une idée lui vint.

    "Je...Je peux te ramener chez toi en sécurité." affirma Ayano en levant les yeux vers lui. Taro s'interrompit et lui jeta un regard interrogateur.

    "Comment, nous sommes tout les deux blessés et les délinquants rôdent dans le lycée à ma recherche..."

    "Je connais une sortie, tu dois juste me laisser un peu de temps." répondit Ayano ses yeux corbeaux fixés sur la porte. "Mais tu dois me faire confiance."

    "..." Taro était silencieux, il finit d'enrouler les bandages autour de la main d'Ayano et se releva. "Même si tu le pouvais, tu n'es pas en assez en forme pour l'instant."

    "Non, je peux le faire, comment aurai-je pu fuir dans mon état autrement?" plaida Ayano, elle désirait sincèrement que Taro la croit, elle voulait le ramener chez lui sain et sauf et peut-être pourra-t-elle aussi lui parler.

    "....Si tu connais un moyen de sortir d'ici....alors...d'accord..." dit Taro hésitant, il n'aimait vraiment pas les ondes que dégageait cette fille et même accepter son offre lui donnait l'impression de pactiser avec le diable. Cependant, il voulait sortir de cet enfer et à situation désespérée, mesures désespérées. Même si elle avait commit un crime, au final il devra appeler la police, c'était gagnant-gagnant pour les deux.

    "Hahh...tu ne le regretteras pas, Senpai!" se réjouit Ayano en se levant du lit. Senpai comptait sur elle à présent et le savoir la mettait en extase.

    "Je te suis..." dit Senpai avec une lueur d'appréhension et de curiosité dans le regard. Il se demandait comment elle allait les faire sortir de là.

    Ayano fit une courte pause pour écarter sa négligence avec logique, si elle avait à emmener Taro avec elle, il y aurait beaucoup de dangers, et notamment, si ils fonçaient sur une délinquante et que les choses s'enveniment, ça pourrait la mener à révéler sa vrai nature. Elle ne pouvait pas laisser Senpai voir ça, il ne la verrait plus jamais de la même façon. Elle avait besoin qu'il reste inconscient et innocent.

    "J'ai besoin que tu restes là pour m'assurer que la route est sans danger." affirma Ayano d'un air ferme.

    "Qu-quoi? Tu comptes me laisser ici!?"

    "Pas d'inquiétude, je reviendrai pour toi quand je serai certaine que la route est dégagée." répliqua Ayano en lui souriant pour le rassurer, ça lui réchauffait le cœur de savoir qu'il ne voulait pas qu'elle le laisse seul, qu'il soit si dépendant d'elle était si agréable.

    "Et s'ils me trouvent!?"

    "Aucune chance, je crois qu'elles ont fini leur ronde par ici, mais juste au cas où, donne-moi la clé et verrouille la porte."

    "D-D'accord..."

    "Détends-toi le temps que je revienne, tu peux même faire une sieste." dit Ayano avec un soupçon de malice dans les yeux, Senpai ne savait pas qu'Ayano avait déjà mémorisé ses habitudes de sommeil ainsi que son magnifique visage endormit, c'était vraiment divin à voir et elle n'était pas contre l'idée de le voir à nouveau quand elle reviendra.

    "O...kay." dit Senpai en arquant un sourcil, il n'y avait pas moyen qu'il dorme en sachant qu'un délinquant pourrait abattre la porte pour le finir, pour l'instant il comptait juste s'occuper de ses propres blessures. "Dépêche-toi, s'il te plaît.."

    "Tu peux compter sur moi!" dit Ayano joyeusement, elle s'apprêtait à partir mais elle avait besoin de se préparer dans un premier temps. "Laisse-moi juste prendre deux-trois trucs.."

    Ayano s'approcha du bureau de l'infirmière et jeta un œil dans l'armoire pour plus de fournitures, elle y aperçut un uniforme scolaire plié et le prit, elle déplia les vêtement et nota un gros trou sur le haut de l'ensemble.

    "Je suppose que je dois garder le T-shirt de Masuta.." murmura Ayano pour elle-même en remettant le haut à sa place dans l'armoire. Puis elle examina la jupe qui ne comportait pas de trou, et qui semblait en état d'être porté. En jetant un oeil sur sa droite, elle vérifia si Senpai la regardait. Mais non. Rapidement, elle enfila la jupe et se sentit immédiatement bien plus couverte qu'auparavant. Ayano fouilla ensuite les tiroirs du bureau, en ouvrant le premier tiroir, elle fut récompensée par la vue d'une seringue et d'un tranquillisant, l'infirmière du lycée était assez maladroite pour laisser de telles objets dans des endroits si accessibles. Ayano les prit et les rangea dans les poches de sa jupe. Elle fit le tour des autres tiroirs mais ne trouva rien que n'en vaille la peine.

    "Très bien...j'y vais." dit Ayano en lançant un dernier regard à Senpai. Elle avait plus de fournitures qu'elle n'en aurait besoin si le pire lui arrivait.

    "..." Senpai acquiesça et lui tendit fébrilement la clé de l'infirmerie. Elle la prit et quitta la pièce, entendant immédiatement un clic derrière elle car Senpai verrouilla la porte.

    "Maintenant, dégager le chemin pour moi et mon amour." dit Ayano en se souriant tout en sortant le couteau qu'Info-chan lui avait fournit, de son T-shirt. Elle voulait s'assurer qu'elle et Taro sortent d'ici ensemble même si cela signifie éliminer qui se présente sur sa route. Elle leva la lame au niveau de ses yeux et sourit à la vue étincelante.

    "Je suis vraiment une battante..." dit Ayano se sourit joyeusement. Elle s'avança dans le couloir, arme en main.

    _______________________________________________

    La délinquante aux mèches bleues posa les yeux sur le corps des jumelles dans la salle de classe où elles avaient été jetés comme des poupées de chiffons. Elle était accompagnée de deux autres délinquante qui lui servait de garde du corps dans le cas où Taro tenterait de l'attaquer. Ce qui ne lui vraiment ressemblait pas.

    "Donc, elle s'est débrouillée pour les écraser aussi." grogna la délinquante aux mèches bleues, elle était déjà informée que les trois sbires chargées d'escorter Aishi derrière le lycée ont été abattues de la manière la plus douloureuse possible et que l'une d'elle a vu ses yeux arrachés.

    "Ces deux-là faisaient partis des meilleurs combattantes...comment ont-elle put être vaincu par une seule fille." dit l'une des délinquantes en s'agenouillant près des cadavres. L'une des jumelles avait le cou anormalement tordu tandis que celui de l'autre était brisé et aplati. La vue de ces deux sœurs défaussée de cette façon sans même une trace du coupable rendait le fait de rester dans cette pièce encore plus inquiétant.

    "Aishi a dû les surprendre en se servant de l'obscurité du lycée comme camouflage." répondit avec logique la délinquante aux mèches bleue. Elle n'était pas étonnée que ces deux-là furent éliminée, si Aishi en a tué une devant l'autre, elles ont dû être affaiblit par le chagrin. Aishi était maligne en se servant de la pénombre car si elle avait eu à les affronter directement, elle n'aurait eu aucune chance sachant que ces filles-là étaient capables de défaire Ososo pendant ses matchs amicaux. Cependant, la délinquante aux mèches bleues était tout de même ravie qu'elles soient mortes à présent, cela signifiait qu'elle était actuellement le membre le plus puissant du groupe et qu'Osoro-Senpai compterait sur elle maintenant. Aishi lui avait fait une fleur.

    "Il semblerait que nous ayons sous-estimé la force de cette fille, que devons-nous faire?" demanda la délinquante en toisa la chef du groupe.

    "Nous allons la contenir et poursuivre le plan." répliqua la délinquante aux mèches bleues tandis qu'elle s'éloigna des cadavres.

    "Osoro-Senpai ne sera pas contente quand elle verra combien il reste de membres quand elle sortira de prison, qu'est-ce qu'on va faire pour ça?" demanda la délinquante agenouillée auprès des jumelles en se relevant pour fixer la chef du groupe. Une majorité de gars sont partis après le combat sanglant avec le Chef d'Arts Martiaux et maintenant, on a perdu cinq filles rien que dans cette mission et peut-être plus encore d'ici demain.

    "T'inquiètes pas pour ça, on peut toujours recruter des membres bien plus puissants que ces deux-là n'ont jamais été." dit la délinquante aux mèches bleues en posant à nouveau son regard sur le corps des jumelles. "Elles ont été éliminées car elles étaient faibles, nous n'avons pas besoin de ça dans notre groupe de toute façon."

    "....." Les deux délinquantes restèrent muette, elles n'approuvaient pas ce que la chef de leur groupe disait de leurs anciennes alliées, tous les membres qui y sont passés ont fait le part pour le groupe même si elles ne rien dire qui pourrait énerver leur chef de groupe.

    "Débarrassez-vous de leurs cadavres et nettoyez, je vais voir Aishi-chan moi-même." dit finalement la délinquante aux mèches bleues en rompant le silence de la salle.

    "Oui." dirent les délinquantes à l'unisson, elles désiraient enterrer leurs anciennes alliées pour leur rendre hommage pour tout ce qu'elles ont fait pour le groupe, malgré la faiblesse que leur trouvait la chef de leur bande.

    Elles étaient tous impliquées ensemble n'est-ce pas?

    La délinquante aux mèches bleues marcha hors de la salle de classe, tuyau en main. Elle se sourit sarnoisement en repensant à Ayano qui rôdait toujours dans les couloirs du lycée, elle avait enfin trouvé un adversaire plus digne à l'affronter.

    "Je ne serai pas aussi faible qu'elles." Dit la délinquante en marchant dans le froid avec sa barre métallique prête à l'emploi. Elle ne pouvait plus attendre de se confronter à Aishi, leur premier affrontement a été interrompu mais pas cette fois. Elle s'était entraînée des heures cette semaine. Elle aurait l'avantage cette fois-ci.

    "Ça va être fun."

    _______________________________________________

    Ayano avançait le long du couloir en faisant sa route vers la sortir, si un quelconque délinquant avait à arriver devant elle, elle devrait l'éliminer. Ayano était sincèrement ravie de passer du temps avec son Senpai malgré le fait que ce n'était l'endroit idéal pour créer des souvenirs avec lui mais elle s'en fichait. Elle était à nouveau heureuse, même si ce n'était qu'une minute, c'était le paradis.

    Fshh...

    Ayano sursauta au son inattendu, c'était un bruit sourd qui alerta pourtant Ayano. Elle jeta un bref coup d’œil aux alentours pour finalement trouver l'origine du bruit posé au sol près de ses pieds nus gelés.

    C'était le brassard de Budo, celui qu'il portait avec son Uniforme d'Arts Martiaux. Il avait dû glisser de sa manche car son bras était bien plus mince que musclé comme le sien. Ayano s'accroupit et le récupéra. Une fois en main, elle se releva doucement et observa le brassard du Chef d'Arts Martiaux.

    Elle sentit soudain un nouveau sentiment bouillonner en elle, alors qu'elle ne s'y attendait pas le moins du monde. Culpabilité.

    "Pourquoi suis-je...en train de faire ça...?" les mots s’échappèrent inconsciemment des lèvres d'Ayano et pendant un instant elle se sentit mal pour tout ce qu'elle avait fait. Elle avait ruiné des vies, mit fin à tellement d'existences et manipulé l'esprit d'innocents, tout ça pour Taro. Taro, elle ne pouvait même pas penser à lui bien qu'elle le voulu, mais c'était comme si son esprit évitait la pensée du jeune homme comme la peste. La seule personne à laquelle elle pouvait penser était Masuta quoique du point d'Ayano il était la peste. Elle détestait penser à lui et elle haïssait le fait que sa petite voix lui disait d'arrêter tout. C'était comme si d'autres bouts d'elle ne voulait pas le laisser tomber.

    La poigne d'Ayano se referma sur le brassard de colère. Elle ne pouvait pas laisser son jugement diriger sa vie, donc qu'adviendrait-il si Budo découvrait sa vraie nature? Aussi longtemps que Senpai était sien, elle s'en fichait bien. Après tout, il n'était qu'un pion chanceux sur un jeu en attente d'être éliminé.

    Elle devait se concentrer sur quitter cet endroit avec son Senpai, c'était son seul but pour l'instant. Elle repoussa les pensées persistantes au fin fond de son esprit et ferma les yeux. Ayano tendit l'oreille pour le moindre bruit de pas qui pourrait venir dans sa direction. Après un court moment d'écoute, elle pu entendre des bruits de pas étouffés au loin, cependant, ils ne venaient pas du couloir, ils venaient de derrière elle.

    "Yaaahh!" Une barre métallique se balança sur Ayano, en comprenant une seconde plus tôt que quelqu'un se tenait derrière elle, elle esquiva l'attaque. Ayano recula de quelques pas et leva les yeux pour voir son prédateur.

    "Tu es vraiment dure à abattre, n'est-ce pas Aishi-chan?" Dit la délinquante aux mèches bleues en s'approchant doucement d'Ayano, le tuyau de métal en main. "Malheureusement pour toi, tu ne te relèveras pas après ça."

    "Je ne suis pas si simple à éliminer." dit Ayano en brandissant son couteau, il était d'en finir une fois pour toutes. "Prêt pour une partie de cache-cache?"

    Avec un petit rire au commentaire d'Ayano, la délinquante s'élança vers elle à toute vitesse, prête pour user de son tuyau. Ayano esquiva de justesse l'attaque de la délinquante, faisant frôler la barre de fer de son torse, Ayano se mit alors à courir dans le couloir. Elle comptait se servir des ténèbres comme camouflage à nouveau quand elle fit sa route dans les couloirs en entrant dans le lycée. Elle espérait faire une pierre deux coups.

    Ayano pouvait entendre le martèlement de la course de la délinquante qui la suivait tout comme son souffle puissant. La délinquante aux mèches bleues voulait vraiment la tuer. Ayano se sourit en sachant que son existence énervait cette délinquante.

    Ayano prit un tournant à angle droit dans les allées sombres, comme elle l'avait prédit, la délinquante la suivit aveuglément sans anticiper la contre-attaque d'Ayano.

    SLASH

    Ayano avait atteint la délinquante de sa lame, sans défense, la délinquante aux mèches bleues avait tenté de parer le coup de sa barre de fer mais ses doigts avaient été cisaillés au travers.

    "AGHH!!" La délinquante laissa tomber son tuyau à cause des plaies profondes sur ses doigts et immédiatement du sang écarlate en suinta. Elle empoigna sa main blessée et se mordit la lèvre pour s'empêcher de hurler de douleur. Elle ne devrait pas être faible face son adversaire, spécialement devant Ayano qui désirait voir cette faiblesse.

    Ayano pu voir la délinquante chercher un couteau dans sa propre poche de jupe en guise de contre-attaque. Sans crier gare, Ayano leva sa lame et planta son arme dans la poitrine de la délinquante avant qu'elle ne puisse s'exécuter.

    "ARRGHHH!" La délinquante qui s'était laissée prendre par une autre vicieuse offensive d'Ayano laissa échapper un hurlement involontaire. Ayano la saisit et la plaqua au sol, chacune d'elle tomba en un grand THUD.

    Ayano enfourchait la délinquante aux mèches bleues et retira son arme de la poitrine de la délinquante, la lame était complètement imbibée de rouge, un sang écarlate. La délinquante, encore en vie et respirant difficilement sous le poids d'Ayano. Ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'elle trépasse. Ayano regardait sa victime avec fierté, elle allait s'assurer qu'elle subirait un mort lente et douloureuse pour avoir jouer avec elle, elle leva sa lame en prévoyant la planter dans le crâne de la délinquante mais elle s'arrêta subitement en l'entendant soudainement parler.

    "Qu'est-ce que tu fous avec ce perdant de Chef d'Arts Martiaux." dit la délinquante d'une voix grave, elle regardait Ayano droit dans les yeux en s'adressant à elle.

    "Ce ne sont pas tes affaires." dit humblement Ayano, ses yeux corbeaux étaient dilatés face aux yeux bleus soumis de la délinquante. Cette délinquante savait déjà trop de chose pour vivre mais Ayano curieuse de savoir ce qu'il se passait dans la tête de la délinquante. Que faisait-elle?

    "Tu aurais été une...parfaite délinquante." poursuivit la délinquante aux mèches bleues d'une voix rauque entre-coupés de longues bouffées d'air, elle leva sa main et recouvrit le trou de sa poitrine pour essayer d'arrêter le saignement. Heureusement ce n'était pas assez profond pour la tuer, mais elle pouvait toujours perdre beaucoup de sang ce qui pourrait l'achever.

    "....." Ayano ne dit mot, la question avait baissé sa garde. Elle pensait que la délinquante aurait dit d'autres absurdités qui n'auraient plus de sens une fois qu'Ayano l'eut achevé, mais à la place, elle lui proposait de rejoindre les délinquants.

    "Juste penses-y...tu peux assouvir tous tes désirs.....bijoux, argent, peut-être....même l'homme qui tu aimes...." dit la délinquante en la toisant, elle n'était pas désespérée mais elle restait sérieuse, au lieu de faire d'Ayano une ennemie, elle voulait en faire son alliée, une alliée parfaite même.

    "Pourquoi....voudrais-je rejoindre une bande aussi faible que la vôtre...?" répliqua Ayano en lui lança un regard médisant, Ayano aurait dû l'éliminer depuis le temps mais le babillements de la délinquante l'avait suffisamment amusée pour retarder l'échéance. Cette délinquante ne savait-elle pas qu'elle pouvait déjà obtenir tout ce qu'elle désirait par elle-même, à l'exception peut-être de Senpai, c'était un traque passionnant qu'elle préférait assumer seule.

    "Tu...penses que nous sommes faibles...mais...nous...sommes celles qui avons baissé ta garde....et...utilisé tes faiblesses contre toi...." dit la délinquante, elle essayait de s'empêcher de se laisser mourir en clignant des yeux et en remuant ses jambes. Elle tentait de prouver que les délinquantes étaient aussi coriaces qu'Ayano.

    "...Tu marques un point..."

    "Hé..." La délinquante laissa échapper un ricanement, elle pouvait dès à présent lire la réponse dans les yeux d'Ayano. Elle serait idiote de ne pas se joindre à nous.

    "Cependant...je préfère la jouer...solo." Avant d'entendre la réponse de la délinquante sous le choc, Ayano attrapa la tête de la délinquante et lui infligea un coup de boule, assommant sa cible. Ayano laissa le corps de la délinquante et se leva.

    Ayano posa les yeux sur elle, elle n'avait pas besoin de l'achever, sa perte de sang le ferait pour elle. C'était chose rare qu'elle laisse une victime mourante mais depuis qu'Ayano fut agréablement surprise et amusée par sa suggestion, elle préféra laisser la délinquante telle quelle. Ayano partit en laissa la délinquante aux mèches bleues là, et reprit sa route vers la sortie.

    "Moi, rejoindre les délinquante? Je ne suis pas désespérée à ce point.." Ayano se dit à elle-même. Elle ne voulait pas s'associer à des être aussi faibles, ce serait un fardeau de se servir d'eux comme alliés. Ayano préférait encore Budo comme allié, bien qu'il lui ait donné un mélange d'émotion, cet imbécile était utile.

    Ayano détecta enfin les casiers qui indiquaient l'entrée, elle pu voir au-delà des portes qu'il faisait toujours noir dehors, et qu'il n'y avait pas de traces de la lune rousse. Heureusement, la grille ne semblait pas gardée par de quelconques délinquantes, donc elle pouvait sortir d'ici avec Senpai en toute sérénité. Ayano sourit de bonheur en pensant à Senpai qui l'attendait patiemment à l'infirmerie.

    Ayano fit demi-tour et se rendit à l'infirmerie en cachant son couteau ensanglanté dans sa poche.

     

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Commentaire traduit de l'auteur:

    C'est le 1000ième post!!!! et ce n'est même pas un œuvre :D

    J'espère que vous aimez ce chapitre, je vais vous donner un bon gros chapitre pour le prochain.

    Dites-moi ce que vous pensez de l'histoire, les retours sont toujours biens venus :D

    personnages - yandere dev

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Voilou, je les enchaine pour me soustraire à un plus gros travail... Je devrai vraiment me mettre à travailler sérieusement ._.)

    Enfin bon, et un de moins à traduire =D!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :