• If I can't have Senpai :.Chapitre 2.:

    Lien de la page originelle: https://www.deviantart.com/art/If-I-can-t-have-Senpai-Chapter-2-607110967

    Nom de l'artiste originel: Sonikkufreak.

    Provenance: DeviantArt.

    Lien vers le chapitre précédent (traduit): http://l-histoire-de-draniolon.eklablog.com/if-i-can-t-have-senpai-chapitre-1-a130892890

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    "Cher Senpai,  Tu ne dois sûrement pas me connaître, mais je t'ai observé depuis un long moment. Je t'écris cette lettre pour t'avouer les sentiments que je te porte, je t'aime Senpai depuis le jour où mes yeux se sont posés sur toi-"

    "Que comptes-tu faire de moi?" Hurla Kokona attachée à sa chaise. Yandere-chan se détourna de sa lettre, et regarda Kokona d'un air contrarié.

    "....." Yandere-chan s'en retourna à son écriture, prétendant l'avoir calmée pour le moment.

    "Que fais-tu exactement!?" s'insurgea la jeune fille aux cheveux violets, en se débattant pathétiquement de ses liens.

    "...J'écris une lettre d'amour pour Senpai...mon seul et unique...Senpai, Taro-kun" Elle appuya tellement fort le crayon sur le papier que le mine se brisa, elle retira les bouts cassés du document.

    "S-Senpai!?" Kokona était choquée, elle ne connaissait pas Ayano alors qu'elle aimait le même gars. Elle devint soucieuse du sort qu'elle pouvait réserver à Taro plus qu'à elle-même, si quelque chose devait arriver à son précieux Taro elle ne sait pas ce qu'elle devrait faire. Taro est son ami depuis l'école élémentaire et échange de temps en temps un bento avec lui, elle pense à lui avec passion depuis. Taro était gentil garçon, trop gentil pour être à la merci du monstre devant elle.

    "Y'a-t-il un problème...?" Ayano lança un regard meurtrier à Kokona comme si elle sentait sa consternation. La jeune fille captive avala nerveusement sa salive et remua sa tête. Ayano se leva de sa chaise et alla lentement auprès de sa victime; elle intercepta grossièrement son visage et planta ses longs ongles dans le délicat visage qui gémit doucement.

    "Je suis au courant que tu aimes...MON Senpai...c'est pourquoi tu es là."

    "Huh..?"

    "Pour être éliminée!" Ayano frappa rapidement dans l'estomac de Kokona de son genou, ce qui la fit cracher de la salive, la chaise se balança d'avant en arrière et fini par se renverser sur le sol froid de la cave. Kokona se mit à pleurer de peur et de douleur.

    Ayano observait sa victime et posa son pied sur sa tête, prête à l'écraser alors que l'alarme de sa montre s'activa. "Heureusement pour toi, nous avons cours, heh oui, j'ai cours." plaisanta-t-elle, retirant son pied de sa prise.

    "Tu ne peux pas me laisser ici!" aboya-t-elle, tentant de se redresser, elle était visiblement dans une position inconfortable, ses bras étaient attachés aux accoudoirs de la chaise et ses jambes étaient légèrement écartées, ainsi sanglées aux pieds de la chaise. L'impact de la chute a eu pour effet d'approfondir les marques de ses liens jusque dans sa peau et elle pouvait entendre le bruit de son cœur battant depuis sa tête.

    "...Tu as raison." concéda Ayano d'une voix plus douce, elle releva la chaise de Kokona qui la toisait de surprise et de soulagement. Ayano alla ensuite à la table où se trouvait sa lettre d'amour manuscrite pour Senpai et la plaça dans son dossier pour y revenir plus tard. Puis sortit d'un tiroir en bois un tranquillisant qu'elle avait volé à l'infirmerie; l'aiguille était aussi longue qu'un crayon. Elle retourna d'un pas lent vers Kokona qui la jaugeait avec de grand yeux.

    "Nous ne voudrions pas que quelqu'un t'entende, n'est-ce pas..?"

    "Non...NON! Je serai muette, je le jure!" hurla Kokona secouant sa tête de droite à gauche craintivement.

    Ayano s'approcha de sa victime impuissante avec un sourire malfaisant, la seringue dans la main.

    "NON...NOOON!!!"

    _______________________________________________

    Ayano arriva à son lycée, l'Académie High. Les évènements de la nuit dernière lui revinrent en mémoire. Elle devra être prudent avec les délinquant à partir de maintenant, un par un elle devra leur faire ressentir ce qu'ils lui ont fait vivre la nuit précédente.

    Ayano nota rapidement que Taro marchait à ses côtés, son cœur s'emballait dans sa poitrine. Tout ce qu'elle voulait faire pour ce garçon était infini. Ces cheveux corbeaux s'agitaient doucement sous la brise, ses yeux noirs étaient remplit d'un éclat qui s'apparentait à une nuée de petites étoiles brillantes qu'elle seule pouvait voir, et ses mouvements lui semblaient aussi élégant que ceux d'un prince. Elle sentit un fin voile rose apparaître lentement sur ses joues, elle mit ses mains l'une dans l'autre pour ralentir son cœur battant et se dissuader de prendre le beau jeune homme dans ses bras.

    Ayano se ressaisie et se remit en route vers l'école, alors qu'elle entendit un cri atténué par la distance. Elle tourna sa tête pour apercevoir Saki Miyu, une fille aux cheveux de couleur cyan au téléphone. Elle donnait l'impression d'essayer d'appeler quelqu'un, Ayano s'approcha d'elle et lui tendit un mouchoir, Saki la vit la rejoindre, le regard embrumé de larmes qui donnait à ses yeux bleus un éclat vitreux.

    "A-Aishi-chan..." Elle hoqueta dans ses sanglots et saisit le mouchoir, et tamponna ses deux yeux. Ayano sourit gentiment, en frottant son dos pour la réconforter.

    "Quel est le problème Saki-san?" demanda Ayano d'un ton concerné.

    "C-c'est Kokona, je pense que quelque chose lui est arrivé qui la fait partir du lycée hier, à l'heure du déjeuner. Elle ne m'a pas répondu, ça ne lui ressemble pas!"

    "Oh non...!" rétorqua Ayano sous le choc, ses yeux s'agrandirent pour montrer à Saki un regard surpris. Ayano savait pertinemment que Saki et Kokona étaient meilleures amies, et plus encore comme des sœurs. Saki est au courant pour la violence familiale qu'entretienne Kokona et son père, donc vous pouvez comprendre pourquoi elle est si inquiète pour son amie.

    "J-je ne sais pas quoi faire!" Saki pleura encore davantage, Yandere-chan réfugia la jeune fille désolée dans ses bras, tandis que Saki s'agrippa à elle pour laisser couler ses larmes contre sa poitrine. Elle caressa sa tête et sourit sournoisement de satisfaction à elle-même. Pauvre, pauvre Saki en effet.

    Budo Masuta observa la scène de loin, il se sentait également concerné par l'état de Saki, et il s'apprêtait à aller la réconforter mais Ayano l'a pris de vitesse. Budo, était une nouvelle fois surpris, Ayano a offert son mouchoir à la fille en larmes et la réconfortait, elle ressemblait à une mère consolant une petite fille. Les évènements de la nuit passée lui revinrent brusquement en mémoire, Ayano était comme un monde entier de mystères pour lui. Il avait besoin d'en savoir plus sur elle.

    Finalement, Saki s'est arrêtée de pleurer, et remercia silencieusement Ayano de soulagement, Ayano lui sourit et la salua tandis que la fille aux cheveux bleus se rendait à son casier. Ayano souriait narquoisement à elle-même alors qu'elle se rendait à son propre casier à son tour.

    Elle l'ouvrit et y reprit ses livres de cours de science qu'elle avait longuement consulté la semaine d'avant afin d'apprendre à utiliser un tranquillisant. Quand elle ferma son casier une main s'est posée dessus, elle se tourna pour voir Budo Masuta, qui lui sourit. Elle le toisait du regard, sans le détourner.

    "Aishi-Chan, tu t'es enfuie la nuit dernière, comment va ta jambe-" Budo marqua une pause soudaine quand il remarqua que sa jambe était complètement cousue cette fois. Il la regarda en face, suspicieusement.

    "Je te l'ai dis, je peux prendre soin de moi moi-même." Sourit fièrement Ayano, elle avait pris le temps de finir ses points de suture avant d'aller dormir cette nuit. Budo cligna des yeux puis ses poings commencèrent à trembler, Ayano était encore plus impressionnante à ses yeux, c'était au tour d'Ayano de l'interroger, mais sans crier gare, reprit soudain.

    "AISHI-CHAN, REJOINS LE CLUB D'ARTS MARTIAUX!" explosa-t-il de sa voix héroïque, il se tenait là, serrant ses mains contre les siennes. Ayano pouvait voir des millions d'étoiles dans ses yeux mais ce n'était rien comparé à ceux de son senpai. Elle sentait son visage devenir rouge d'embarras quand elle s'aperçut que tous les autres élèves les observaient et murmuraient.

    "Non, absolument pas!" S'insurgea-t-elle alors que son visage arborait une teinte plus sombre de rouge, elle jeta un œil à Senpai non pas attentif à ce qui lui arrivait, mais plutôt à une fille aux cheveux oranges avec des bas roses à poids blanc, Osana-chan. Elle enrageait intérieurement jusqu'à ce qu'elle se rende compte que Budo lui tenait toujours ses mains, il était un genou au sol comme s'il la demandait en mariage.

    "Eh..?" Il cligna des yeux avec le même sourire sur son visage.

    "J'ai dit non, je suis déjà dans le club de cuisine!" Ayano s'empressa de retirer ses mains des siennes et s'enfuit vers sa salle de classe. Putain d'Osana-Chan, accaparent toute l'attention de Senpai. Ses poings se mirent à trembler tout en sentant ses pupilles se dilater de fureur, elle avait une autre rival à mettre sur la touche.

    Budo regardait Ayano disparaître dans sa salle de classe. C'est impossible, Ayano se trouvait déjà dans le club de cuisine? Dans le club d'arts martiaux elle serait un membre estimé, être dans le club de cuisine ne semble pas correspondre à une fille comme elle, il voulait voir qu'Ayano connaissait déjà et découvrir les compétences qu'elle pourrait bien lui cacher. Il devra faire l'impossible pour la convaincre d'intégrer son club, et il savait exactement comment s'y prendre.

    _______________________________________________

    Comme l'enseignante faisait cours, l'esprit d'Ayano se reconcentra sur Taro, pourquoi était-il si attiré par cette Tsundere? Était-ce à cause de beaux et longs cheveux oranges qu'elle traînait derrière elle, ou alors les galaxies qu'il pouvait voir des ses yeux oranges, ou était-ce ses implants mammaires. Yandere-chan s'examina ensuite elle-même, elle possédait de courts et ternes cheveux charbon, deux yeux d'un noir de gai sans aucun éclat en eux et une poitrine plutôt plate. Si seulement elle allait au salon de beauté avec sa mère pendant les quelques semaines où elle était là. Sa mère lui disait toujours "Garder ma beauté me permet de garder les yeux de ton père sur moi!" elle disait toujours ça avec un ton enjôleur. C'était vrai, son père gardait toujours un œil sur sa mère, mais la plupart du temps d'un regard fatigué.

    "Mademoiselle Aishi s'il vous plaît, soyez attentive à mon cours" gronda l'enseignante aux cheveux châtains. Ayano se redressa et se mit à écouter le cours, le sujet était la Psychologie. Un sujet utile pour se plonger entièrement dans ses pensées de Yandere.

    "L'esprit humain est très complexe, beaucoup de chose du monde extérieur peuvent influencer notre façon de penser. Aujourd'hui, nous allons reprendre la partie du cours consacrée à la persuasion, l'effet de décalage et l'attraction.

    Beaucoup de bonnes astuces pour Ayano, elle sourit dès que l'enseignante commença à introduire le sujet, quand soudain la porte s'ouvrit.

    Trois jeunes hommes, dont Budo étaient torse nu, portant pour seul vêtements apparent leur bandeau et leur pantalon d'arts martiaux. "Aishi-Chan, rejoins le club d'arts martiaux!" Hurla Juku Ren, un gars aux cheveux noisette, il contracta ses muscles en direction des filles de la classe avec un large sourire.

    "Tu ne le regretteras pas!" surenchérit Sho Kunin dans une pose de surfeur, faisant lui aussi ressortir ses muscles.

    "Qu'en dis-tu Aishi-Chan?" Budo lui fit un clin d’œil, c'était le plus musclé d'entre eux, il souriait avec des dents nacrées qui produisait presque un éclat, ses mains posées sur ses hanches.

    Ayano était stupéfaite et son visage s'empourpra à la vue des trois garçons musclés. Que diable manigançaient-ils!?

    "Hey, Mina et Shima sont là, je veux voir plus d'enthousiasme!" s'écria un gars à travers la salle, ses mains gesticulaient en un sens circulaire, comme s'ils étaient des seins. Les filles de la classe l'observaient avec des visages rougis.

    SLAM

    L'enseignante frappa son bureau de sa main, regarda tout le monde au travers des verres de ses lunettes, la classe était silencieuse. "Comment pouvez-vous vous permettre d'interrompre mon cours et vous montrer si irrespectueux!" gronda l'enseignante en rejoignant les garçons torse nu, ses talons noirs tonnaient furieusement sur le plancher.

    "Rejoins le club d'arts martiaux, Aishi-Chan!!" ajouta rapidement Juku avant que les trois élèves ne soient expulsés de la pièce. L'enseignante ferma violemment la porte et s'en alla téléphoner le rapport d'incident au principal.

    Tous les regards demeuraient à présent sur Ayano, qui se frappa au visage d'une main et soupira. Qu'a-t-elle dont bien pu faire pour attirer toute cette attention du chef du club d'arts martiaux.

    _______________________________________________

    Ayano enfila son tablier et son napperon rose; elle avait fait des biscuits au chocolat pour ses camarades. Elle s'est décidée à gagner leur confiance et les éliminera une part une, en fin de compte, ça lui était bénéfique. Ayano jeta un coup d’œil à la pièce du club et ne vit que Saki assise seule sur la table rose, elle arborait une moue boudeuse et continuait d'essayer de contacter Kokona par messages et appels. Ayano mit ses gants à four et sortit le plateau de biscuits du four, puis attendit que les cookies refroidissent. Une fois à température ambiante, Ayano prit un gâteaux fournit de beurre de cacahuète et d'arsenic, elle sourit en sentant la légère odeur d'amande amère. Celui-ci était spécialement fait pour Osana; Ayano voulait faire en sorte que ça ressemble à une réaction allergique mortelle au beurre de cacahuète, et ne serait donc pas suspectée. Ayano le mit dans le coin le plus lointain du plateau puis s'avança vers Saki.

    "Tien Saki, J'ai fait des cookies." lui sourit Ayano, Saki rougit et regarda le plateau de gâteaux.

    "Bien sûr, je vais en prendre un." Elle s'empara de l'un des cookies et prit une serviette.

    "Profite!" finit Ayano en laissant Saki dans le club de cuisine. Saki posa le biscuit sur la table et poursuivit ses tentatives vaines pour contacter Kokona, ses mains étaient moites d'anxiété et brûlés par la chaleur dégagé par le téléphone dans celles-ci.

    "S'il te plaît Kokona. Réponds."

    Ayano se rendit joyeusement un peu partout dans le lycée pour partager les cookies fraîchement sortis du four avec les autres élèves, elle a sauté sur ses talons et ses cheveux mouvèrent magnifiquement avec elle. Elle a obtenu des sourires de tous le monde, même des membres du club occulte surpris d'avoir droit aux cookies. Silencieux et réservé, Shin Higuka rougit à la vue du geste ouvert d'Ayano.

    "Je n'ai jamais vu Ayano aussi heureuse." dit Juku l'épiant depuis le mur, avec Sho et Budo cachés au-dessus de lui, dans la même planque. "C'est...plutôt...excitant-"

    "Juku, on est pas là pour s'extasier!" gronda Budo avec le visage rouge. "On est là pour trouver les moyens de persuader Ayano de rejoindre notre club!"

    "Oui!" répondirent les garçons à l'unisson.

    "T-tu est vraiment...gentille Aishi-chan." murmura doucement le chef du club occulte, Oka Ruto. Elle prit un cookies et fit un petit mouvement d'au-revoir. Ayano lui sourit et quitta le club occulte en direction de la cour du lycée. Elle se plaça derrière un arbre pour épier son Senpai et...Osana-Chan comme ils s'étaient aussi près de la fontaine centrale pour déjeuner.

    "Taro-kun tu es tellement un morfale, au moins savoure-le!" dit Osana en soufflant, elle sortit son mouchoir et essaya la délicate joue de Taro.

    "Heheh" Taro rit légèrement "Désolé Osana-Chan, ta cuisine est vraiment bonne, merci de m'avoir apporté ce repas."

    "Hmf, j'ai juste trouvé un repas de trop à la maison, je ne voulais pas le gaspiller ou quoi!" Le visage d'Osana se troubla d'embarras.

    Ayano râla, Senpai lui avait probablement mentit, il était sûrement trop cuit et écœurant, et Senpai était trop gentil pour la blesser. Elle était positive, Senpai se sera sûrement prit à aimer sa cuisine quand elle lui avouera finalement ses sentiments sous le cerisier. Elle ne pouvait pas attendre ce jour, mais pour le moment, elle devait se bouger.

    Le visage d'Ayano chauffait tandis qu'elle s'approchait maladroitement des deux avec le plateau tremblant dans ses mains. Ils se tournèrent tout les deux vers elle en s'interrogeant. "S-salut..." dit-elle d'une voix faible et le regard fuyant.

    "Qu'est-ce que tu nous veux?" demanda Osano, avec une moue boudeuse, elle désirait juste surprendre Taro avec ce qu'elle a préparé.

    "J-je..." elle jeta un regard à Senpai et sentit son cœur tambouriner dans sa poitrine, il était si beau de près et ses yeux étaient comme elle les imaginait, remplis de galaxies. Elle se rendit lentement compte qu'elle regardait trop longtemps le jeune homme, elle devait se ressaisir maintenant. "J'ai fait des cookies!" dit-elle, un peu trop fort.

    "Non merci, je nous ai déjà fait des gâteaux de riz." rétorqua Osana, sortant deux gâteaux de riz de son sac rose.

    "Wow Osana-Chan, c'est toi qui les as fait?" Taro la regarda, impressionné, ne prêtant aucune attention à Ayano. Ayano sentit son cœur ralentir pour en éradiquer la colère, elle s'avança d'un pas et proposa le cookie à l'arsenic, voulant la voir mordre dedans, sauf que...

    "S'il vous plaît, ils sont tout droit sortis du four." poursuivit Ayano un peu plus sombrement, Taro l'observa bizarrement alors qu'Osana leva un sourcil.

    "Je t'ai dis que je n'en voulais pas!" renchérit Osana, contrariée. Elle gesticula sur les gâteaux de riz comme si Ayano avait oublié ses douceurs faites-maisons. Le visage d'Ayano rougit de rage, du coin de ses yeux, elle pouvait discerner Senpai qui la toisait comme s'il s'agissait d'un membre du club occulte. Ayano ne bougeait pas, elle était figée sur place. Pourquoi Senpai la regardait-il si bizarrement, plutôt que d'y voir de l'admiration? Il devrait vouloir de ses cookies! elle sentit les larmes lui monter aux yeux alors qu'elle voulait sortir son couteau de la poche de sa jupe.

    "Salut Osana-san, tu devrais en goûter un, ils sont vraiment bons." Ayano sentit une main se poser sur son épaule, elle tourna sa tête pour apercevoir Budo tout sourire. "Meilleur que ce que ma mère peut faire" il se mit à rire doucement, les yeux d'Ayano s'écarquillèrent, ils ne les a même pas goûtés.

    "Hmf, très bien, je vais en prendre un!" Osana s'empara de celui qu'Ayano avait préparé pour elle avec moue contrarié.

    "Tu devrais en prendre un aussi Taro-kun." continua Budo, souriant "Aishi-chan à prit du temps à les faire." il tapota sa tête alors que les yeux grands ouverts d'Ayano ne prêtait pas attention à ce que lui faisait Budo, elle était impatiente d'entendre Senpai la complimenter sur ses biscuits.

    "Hehe, je ne suis pas un véritable adepte des cookies, j'ai plutôt une préférence pour les gâteaux de riz." répondit Taro en souriant poliment à Budo. Il s'empara d'un gâteau de riz et l'engouffra à l'aide d'une fourchette, Osana était secrètement ravie.

    "Sers-toi." ajouta Budo, en prenant et mangeant un biscuit chocolaté. "Mmm~"

    Ayano avait le cœur au bord des lèvres; Senpai n'aimait pas les cookies? Elle aurait du faire des gâteau de riz! merde! elle sentait ses yeux s'embrumer de larmes, il n'aurait pas dû choisir le plat d'Osana plutôt que le sien, le sien avait été fait par le plus pur des amours. Elle se précipita devant Budo, en courant se réfugier en cuisine.

    "Aichi-chan!?" Budo s'en alla la rejoindre.

    "Qu'est-ce qui lui a prit" demanda Osana en penchant sa tête, confuse.

    "Cette fille est plutôt étrange..." ajouta Taro, mangeant une cuillerée de son gâteau de riz.

    _______________________________________________

    Ayano jeta le restant des cookies dans la poubelle et elle pendit son tablier au porte-manteau du club de cuisine. Elle était enragée et les larmes perlaient sur son visage, elle voulait blesser quelqu'un, elle voulait blesser...Osana. Un sourire remplaça ses sourcils froncés en se rappelant le biscuit piégé qu'elle lui a donné, il y avait assez d'arsenic dedans pour la tuer. Elle devrait être morte bientôt. Ayano attrapa son sac de classe et rentra chez elle.

    Saki posa son téléphone sur la table après des heures de tentatives vaines pour contacter Kokona, elle n'avait probablement fait que sur-réagir, ouais Kokona était sûrement chez elle en train de faire une longue sieste ou partie faire du shopping pour se procurer plus de provisions... en parlant de cuisine, elle n'a jamais eu à manger le biscuit qu'Ayano lui a donné, mais au moment où elle s'apprêtait à le prendre, elle remarqua des fourmis grouillant dessus.

    "Ew, tellement dégueulasse!" Saki balança le cookies sur le sol et secoua sa main pour se débarrasser des fourmis. Ugh, aujourd'hui n'était pas son jour. plaisanta-t-elle brièvement pour elle-même, repensant à la fille aux cheveux violets et sa localisation.

    "Taro-kun mange ce cookie, je n'en veux pas" proposa Osana tandis qu'ils marchaient dans le couloir.

    "Je n'ai déjà plus faim avec le gâteau de riz, juste balance-le." répliqua Taro en se grattant le crâne.

    "Baka, c'est un tel gaspillage, mmm..." Osana jeta un œil à Saki dans le club de cuisine et remarqua qu'elle était bouleversée. "Miku-san" elle s'avança vers son amie et lui tendit le biscuit.

    "Huh, tu me le donnes?" demanda Saki.

    "Ouais, je ne veux pas ou quoi!" Osana ne pouvait la regarder en face après ça.

    "C'est tellement gentil, merci Osana-chan." répondit Saki en lui souriant poliment.

    "Qu'importe, je ne voulais pas le jeter! hmf" Osana sortit rapidement de la cuisine pour rejoindre Taro.

    "Wow Osana, je ne te connaissais un si bon côté" complimenta Taro avec un sourire. "Tu devrais le montrer plus souvent."

    "Osana rougit et ferma ses yeux furieusement. "Je t'ai dit que je ne voulais pas le jeter!"

    "Hehe, exact."

    Les deux se remirent en route vers la sortie ensemble.

    Saki sourit un peu pour le cookie, elle n'avait pas prit le temps de déjeuner ce midi à cause de son angoisse pour son amis, qu'importe où elle se trouvait, elle espérer que Kokona était saine et sauve. A ce moment là, Saki voulait bien une collation sucré, elle mordit dans le cookie.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Commentaire traduit de l'auteur:

    Osana - Je ne veux pas de ravioli!

    La scène "sans-t-shirt" était inspirée de cette image  sonikkufreak.deviantart.com/ar… allez donc la mettre dans vos favoris :D c'est une image incroyable.

    J'espère que ça vous plait~!

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Et voilou^w^! Un de plus ;3!! J'enchaine avec le troisième, et j'irai sûrement faire d'autres choses pendant une journée histoire de faire une pause^^'.

    Ciao^^!


  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Août 2017 à 11:09

    Et de 2 x3!! Une pause à trois, et on repartir en quatrième vitesse ;D!! (oui, j'ai retrouvé du poil de la bête depuis hier xD! Merci Toutouffe ^w^!)

      • Jeudi 3 Août 2017 à 12:51

        "Je te l'ai dis, je peux prendre soin de moi moi-même." Sourit fièrement Ayano, elle avait pris le temps de finir ses points de suture avant d'aller dormir cette nuit. Budo cligna des yeux puis ses poins commencèrent à trembler,

        Poins ? Poings plutôt ? x)

        (Seule faute trouvé pour le momenw)

      • Jeudi 3 Août 2017 à 15:50

        Yups, j'ai dû retirer le "g" par mégarde en faisant une correction xD! Merci de me l'avoir signalé^^!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :