• If I can't have Senpai :.Chapitre 3.:

    Lien vers la page originelle: https://www.deviantart.com/art/If-I-can-t-have-Senpai-Chapter-3-609951907

    Nom de l'artiste originel: Sonikkufreak.

    Provenance: DeviantArt.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Ayano arrêta son vélo rouge dans le garage à vélo juste à la sortie du lycée et le cadenassa à l'aide d'une chaîne métallique qui brillait sous le soleil. C'était un magnifique matin, les oiseaux chantonnaient et s'était température idéale pour sortir, une chaleur estivale mêlée à une brise agréable. Ayano termina le reste du pain qu'elle dégustait sur le chemin et retira les miettes de sa bouche d'un geste. Finalement, elle arriva devant les grilles d'Académie High. Dès qu'elle les passa, elle remarqua immédiatement que plusieurs officiers de police erraient dans le hall du lycée. Ses yeux charbons s'élargirent avec son sourire.

    On dirait bien qu'Osana-chan ne sera plus un problème. Ayano voulait préparer des gâteaux de riz pour Senpai cette fois-ci et déjeuner avec lui, ce serait si romantique. Ils pourraient discuter un peu et elle pourrait retirer les miettes du magnifique visage de Senpai. Elle s'extasia de ses pensés en laissant échapper un léger rire et un faible rougissement sur ses joues.

    "Aishi-San...."

    Ayano se retourna pour voir Oka Ruto, la chef du Club Occulte. Les cernes sous ses yeux paraissaient être un peu plus sombres que d'habitude lui indiquant qu'elle avait pleuré. "Bonjour Oka-chan...que...qu'est-ce qu'il y a?" demanda Ayano en simulant de l'intérêt depuis qu'elle avait effectivement une idée de ce qui a pu arriver.

    "L'une des enseignantes....a trouvé un corps...qui aurait peut-être été empoisonné." expliqua Oka en tremblant, comme si elle s'accrochait à sa dernière petite part de santé mentale. "Je ressens beaucoup d'auras diaboliques autour du lycée...je n'aime pas ça."

    Ayano se réjouit intérieurement, enfin, son plan était en marche, son pauvre Senpai devait avoir besoin d'une épaule pour pleurer dès qu'il verra le corps d'Osana-chan. "C'est...terrible." Les yeux d'Ayano s'écarquillèrent et elle couvrit sa bouche d'incrédulité même si c'est un sourire qui se cachait derrière ses mains.

    "La police interroge tout le monde au lycée... moi et mes membres...détestons avoir affaire à eux mais apparemment ils exigent les réponses de tout le monde, même ceux qui n'ont pas d'activités de club.."

    "Je vois, et bien allons simplement finir ça au plus vite. Je suis sûre que tout ira bien..." répondit Ayano en souriant gentiment à la jeune fille aux cheveux d'un bleu sombre.

    "...Si tu le dis..." murmura Oka, elle s'accrocha au bras d'Ayano qui lui avait permis le petit geste. Les deux avancèrent dans le lycée ensemble.

    Dès qu'elles mirent un pied à l'intérieur, les filles se firent aborder par un officier de police qui leur indiquait le chemin à suivre jusqu'au bureau du principal où les questions devaient leur être posées. Parmi la ligne d'étudiant, certains chuchotaient à d'autres, conspiraient ensemble sur des théories et des détails, et d'autres pleuraient leur peine sur l'épaule de leurs amis au cœur léger. Ayano restait silencieuse mais éternellement heureuse. Elle n'avait plus qu'à répondre correctement aux questions posées par la police, ce n'était qu'un détail pour elle.

    Les yeux d'Ayano survolait la foule d'étudiant à la recherche de son Senpai. Elle voulait son splendide visage en larmes et percevoir son désespoir et son besoin d'être consolé. Au bout d'un moment, elle l'aperçu enfin, Taro ne pleurait pas, en fait, il consolait une fille. Les yeux s'élargirent de stupeur et son sourire s'était évanoui.

    Senpai était en train de consoler Osana Najimi, la tsundere qu'Ayano pensait avoir empoisonné. Osana était encore...en vie.

    Ayano ne pouvait pas se résoudre à le croire, si Osana était vivante...qui a été empoisonné?

    "Le corps est là." chuchota Oka. Ayano regarda rapidement pour voir le corps de Saki Miyu posé sur un brancard, elle était pâle comme un fantôme et sa bouche était ouverte avec des coulées de baves de le coin des lèvres. Elle se faisait emmener dans le couloir par des ambulanciers veillant sur elle. Ils s'empressèrent de passer les élèves afin de pouvoir la sortir de l'établissement.

    "Un élève l'a retrouvé ce matin étalée sur le sol de la salle du club de cuisine. C'est peut-être trop tard pour la sauver." reprit Oka en observant les ambulancier disparaître à l'extérieur. Une fois les ambulancier partis en emportant Saki, les conversations montèrent d'un cran.

    "Je vois..." Ayano était désemparée maintenant, elle n'avait pas prévu de faire du mal à Saki, elle savait pertinemment qu'elle n'était pas intéressée par son Senpai. Mais comment le cookie saboté à l'arsenic a-t-il pu atterrir entre ses mains?

    Soudain, la principale de l'établissement sortit de son bureau avec ses bruyants talons foulant le sol. Les garçons qui croisaient son chemin était béant devant son décolleté.

    "Silence je vous prie!" ordonna la principale sévèrement. Tous les élèves se turent instantanément. "Ce couloir est bien trop bruyant et bondé pour que la police fasse correctement son travail. Rendez-vous tous dans la cours et revenez dès que l'on appellera par vos noms."

    "Oui m'dame." répliquèrent tous les élèvent à l'unisson. Les étudiants se firent escorter jusque dans la cour intérieur du lycée, et leurs conversations se résumèrent au tragique évènement arrivé dans la matinée de cette bien belle journée.

    _______________________________________________

    Ayano se pencha contre un arbre tandis qu'Oka était assise sur l'herbe à côté d'elle, en train de lire le livre d'invocation satanique qu'elle portait toujours sur elle où qu'elle ailles.

    Les yeux ténébreux d'Ayano était posés sur son Senpai, Taro était encore en train de consoler Osana Najimi, la tsundere.

    "Tu sais que je ne ferai jamais ça à Saki, crétin!" Elle pleurait dans ses mains, son visage était rouge de peine et son corps semblait trembler de pure stress et d'anxiété.

    "Je sais que ce n'étais pas ton intention, Osana-Chan. Tu essayais juste d'être gentille." Senpai la blotti dans ses bras une fois de plus, et Osana s’agrippa à lui pour plus de confort.

    Ayano sera les dents, il était prévu que ce soit elle qui enlace Senpai. Osana prenait un peu trop ses aises avec son Senpai, il était évident qu'elle profitait de ce moment pour se rapprocher de lui. Pour sentir son corps contre le sien, cette clocharde!

    "Peut-être devrions-nous la réconforter aussi..." suggéra Oka de sa douce voix. "Elle me donne l'impression d'être vraiment fragile en ce moment."

    "......" Les yeux d'Ayano fixait les deux s'enlacer au loin. Elle avait besoin d'un moyen pour compromettre l'alibi d'Osana afin qu'elle s'éloigne de Senpai. "Oui, tu as raison." rétorqua Ayano en songeant à son nouveau plan. Oka se leva et agrippa une nouvelle fois au bras d'Ayano, puis se rendirent ensemble après de Senpai et Osana.

    Osana s'écarta immédiatement de Taro se sentant embarrasser en voyant les deux filles les approcher. "Qu-qu'est-ce vous voulez?" demanda doucement de son intonnation habituelle. Elle essuya une larme au coin de son œil orange.

    "Comment...te sens-tu, Taro...?" commença Oka, en ignorant la tsundere.

    "Honnêtement, je sais que la police trouvera le vrai coupable." argumenta Taro avec de la détermination dans ses magnifiques yeux.

    Ayano rougit, de nouveau attirée par le jeune homme. Il était trop mignon et innocent pour ce monde trop manipulé.

    "Je vois.." répliqua Oka. Ayano aperçut un brin de rose apparaître sur ses joues. Elle avait de l'intérêt...pour son Senpai aussi...?

    Soudainement, Budo Masuta fit son apparition en courant puis enchaîna avec un agile tonneau aérien avant d'atterrir devant le petit groupe de quatre. "S'passe quoi? Je suis arrivé en retard et y'a des voitures de police partout." poursuivit Budo avec une tranche de pain dans sa bouche.

    "Ça ne te ressemble pas d'être en retard...mais Saki a été empoisonnée et emmenée à l'hôpital." répondit Taro au chef du club d'arts martiaux.

    "Vous voyez, j'aidais un chat à descendre d'un arbre et- quoi, Saki a été empoisonné !?" s'exclama Budo outré. "Était-ce intentionnel ?"

    "Ils le pensent-"

    "Ils pendent que s'est moi!" chouina Osana, en mettant une nouvelle fois la tête dans ses mains pour pleurer, elle ne pouvait pas accepter la possibilité d'être mise derrière les barreaux pour un crime qu'elle n'a pas commit.

    "Quoi! Comment ça?!" s'insurgea Budo, en se plaçant devant Osana avec l'air déterminé, il savait qu'Osana ne pouvait pas être la coupable mais voulait s'en persuader en écoutant son alibi.

    "Ils ont trouvés mes empreintes sur le cookie empoisonné et semblent y voir un acte malveillant contre Saki. Apparemment, je suis suspecté de ce crime." Osana se remit à pleurer. "Mais je jure que je n'ai rien fait, je ne voudrai jamais faire de mal à Saki."

    Ayano sourit en se rappelant qu'elle avait couvert ses mains avec les gants de cuisine qu'elle portait. Il ne devrait pas y avoir de trace de ses empreintes. Elle regarda ensuite Osana pathétiquement, car elle pleurait toujours dans ses mains, il semblerait que son plan n'avait pas raté du tout.

    "Qu-qu'est-ce que tu regardes!?" demanda Osana en regardant Ayano.

    "Oh, rien..."

    "Tu pense que je l'ai fais! N'est-ce pas!" accusa Osana, elle avait clairement vu le regard qui lui lançait Ayano.

    "Je n'ai pas dit ça."

    "Attend une seconde, tu as fait ces cookies....!" les yeux d'Osana s'écarquillèrent, le souffle coupé, et joignit ses mains en un clap comme si elle venait de déduire quelque chose. "Tu les as fait, n'est pas!"

    "Quoi? Non, je ne les ai pas fait!" Ayano était choqué, elle ne pensait pas Osana capable de deviner ses intentions parce qu'elle se jetait tout le temps d'elle-même dans les bras de son Senpai.

    "Vraiment? C'est bien toi qui les as fait cuire!"

    "Si, mais je ne les pas empoisonné, où pourrai-je me procurer ce genre de chose?" Tousse, la salle de science.

    "Mais tu insistais tellement pour moi aussi..." les yeux orangés d'Osana s'agrandirent de plus belle en déduisant une autre pièce du puzzle. "Tu...tu essayais de ma tuer!" Gueula-t-elle, elle était confuse, pourquoi Ayano voudrait faire ce genre de choses? peut-être avait-elle de mauvaise intentions qu'elle cacher si parfaitement.

    Les conversations des élèves dans la cours du lycée s'estompèrent lentement jusqu'à mutisme suite aux cris d'Osana.

    "Je t'ai dit que je ne les ai pas empoisonnés!" Ayano hurla en retour. "Ton ADN était dessus bordel, pas les miens!" Elle était à la merci d'Osana, et elle n'aimait pas ça.

    "Les filles, calmez-vous maintenant..." intervint Budo en tentent de s'interposer entre les deux. Senpai et Oka restèrent en retrais en ne faisant qu'observer la situation qui se jouait devant eux.

    "S*****!" Osana céda la première, elle plaqua Yandere-chan au sol et commença lui griffer le visage. Ayano encaissa quelques coups mettant combattante émérite, elle esquiva le reste des coups balayés d'Osana. Ayano s'empara des deux bras d'Osana et inversa les rôles, elle s'assit sur son estomac et commença à la gifler. Si elle employait des techniques plus violentes, les étudiants suspecterait l'alibi d'Ayano. Osana se prit les coups en pleine tête, se débattant pour qu'Ayano la lâche. Elle s'agrippa aux cheveux noirs de son agresseur pour les tirer, ébouriffant ses cheveux dans l'action. Ayano ignora son attaque ridicule et lui plaça son poing en plein visage, ce qui la fit saigner du nez. Osana ne supportait que peu ce genre de souffrances, et supplia Ayano du regard qui ne lui répondit que part un cruel sourire de yandere, tandis que ses mains se dirigeaient lentement vers le point de pression mortel situé près du cou d'Osana.

    Brusquement, les se firent éloigner d'un coup sec l'une de l'autre. Budo prenait Ayano dans ses bras pendant que Taro prenait une Osana effrayée dans les siens.

    "Que se passe-t-il ici." Une enseignante s'avança vers les quatre élèves dans le bruit brusque et furieux de ses talons, le regard sévère.

    "C-c'est un monstre!" aboya Osana, avec un doigt accusateur pointé vers Ayano. "Elle était sérieusement en train d'essayer de me tuer!"

    Le prof jeta un œil à Ayano:"Jeune fille, ce comportement est extrêmement inapproprié pour être ainsi affichée sur le sol de cet établissement, qu'avez à dire à cela!?"

    "M-mais Sensei...elle ment, elle m'accusait d'avoir blessé Saki-san...Je ne pourrai jamais blesser quelqu'un" se défendit Ayano, les larmes roulants sur son délicat visage. Les étudiants était effrayés et admiratifs d'elle. Les yeux noirs d'Ayano était ternes et humides, son visage rougissait comme une poupée de porcelaine et ses fines lèvres roses tremblaient. Ayano en larmes était assis belle comme un ange. C'était cette même visage qui l'a sortit des pires épreuves et c'est de ce même visage qu'elle a hérité.

    Budo gardait un œil attentif à la délicate jeune fille devant lui avec des yeux écarquillés. Même s'il venait de la voir combattre si férocement, elle était resté aussi délicate qu'une fleur. Il avait soudain envie de serrer ce frêle corps contre le sien et calmer ses larmes, mais il devait résister à la tentation par respect pour Aishi-san.

    "Bien...vous êtes l'une de mes plus brillantes élèves...Je sais pertinemment que vous ne voulez blesser personne." La voix de l'enseignante s'était adoucie à la vue de ce spectacle pathétique.

    "C'est une menteuse Sensei, j'ai lu dans ses yeux qu'elle voulait me tuer, je vous jure!" beugla Osana défaite, en sécurité auprès de Taro. Osana se rappelle des mains d'Ayano qui semblaient glisser vers sa nuque, plus de larmes encore roulèrent sur ses joues. "C'est un horrible monstre!!!"

    Ayano en eut le souffle coupé, et s'abandonna d'elle-même contre Budo, enfouissant sa tête contre son torse et laissant ses bras minces étreindre le chef du club d'arts martiaux.

    Budo s'immobilisa de stupeur pendant quelques secondes à l'idée qu'Ayano se soit jetée contre lui pour du un peu de réconfort. Le corps de la jeune fille était bouillant de la chaleur de ses larmes et son visage était blotti contre son torse. Il sentit ses bras se glisser autour du corps d'Ayano, et laissa sa tête se poser doucement contre la sienne.

    "Jeune fille, c'en est trop!" s'insurgea l'enseignante en réprimandant Osana. "Je vous veux dans mon bureau sur le champ!" elle s'empara du bras d'Osana et l'éloigna de Taro.

    "A-attendez, Sensei vous devez me croire!!" hurla Osana de plus belle, complètement sous le choc, comme si elle venait de voir sa propre enseignante tomber sous la coupe de cette fille malsaine.

    Puis elle se retourna vers Ayano "Mademoiselle Aishi, j'aimerai aussi vous retrouver dans mon office, je pourrai ainsi entendre les deux versions de l'histoire en privé."

    "...." Ayano se retourna vers son interlocutrice avec des larmes scintillantes dans les yeux et se blotti rapidement contre Budo une nouvelle fois pour le prendre encore plus fort dans ses bras, sans la volonté de s'en aller.

    "Sensei, si vous êtes d'accord, peut-être pourrai-je l'accompagner. De plus, j'ai également été témoin, donc je pourrai potentiellement répondre toutes les questions que vous pourriez avoir.

    "Je ne peux accepter ça, Masuta. J'ai besoin de parler à ces deux-là en privé." répondit l'enseignante d'un voix résolue, faisant signe à Ayano de venir avec elle.

    "Je vois..." Budo baissa la tête vers Ayano et lui fit un sourire. "Tout ira bien, Aishi-chan." Il s'écarta à contre-cœur et tapota amicalement sa tête. "Je t'attendrai" lui murmura-t-il.

    "...." Ayano acquiesça en silence. C'était une honte qu'elle ne puisse enlacer son Senpai bien qu'il fût étrange, tout bien considéré, qu'il reste avec cette tsundere. Sa seule option était de se tourner vers Budo pour rendre son geste cohérent.

    L'enseignante posa une main compatissante sur l'épaule d'Ayano et menant les deux élèves en dehors de la cour.

    Budo observa Ayano se faire emmener par la professeur. Il était impuissant, mais nota un petit sourire apparaître sur son visage avant qu'elle ne disparaisse dans le couloir. Il se secoua brièvement la tête, en pensant qu'il se faisait des idées, mais peut-être lui était-elle juste reconnaissante.

    "Quelque chose ne va pas avec cette fille" marmonna Taro en soufflant. "Si seulement j'avais dis quelque chose pour défendre Osana...mais j'étais figé sur place." Les mains de Taro se serrèrent en poings à présent. Oka le regardait, inquiète. Elle voulait dire quelque chose, mais elle resta silencieuse au final.

    Budo regarda Taro complètement incrédule, comment pouvait-il dire ça? Ayano était une si gentille fille. "Que veux-tu dire par quelque chose ne va pas avec cette fille!?" lui lâcha Budo.

    "Osana-chan a raison, cette fille était réellement en train d'essayer de lui faire du mal, j'ai aussi vu ses ses yeux et, ils n'étaient pas normaux."

    La mémoire de Budo revint sur cette nuit fatidique où il vit Ayano avec la délinquante sous la pluie, qu'avait-elle bien pu faire pour attirer l'attention des délinquants? il se secoua la tête, ça ne lui importait pas, il était heureux d'être arrivé à temps pour sauver Ayano, la pauvre fille essayait juste de se défendre. Saignant le long de ses genoux, elle donnait l'impression qu'elle pouvait craquer à tout moment.

    "Aishi-chan ne faisait que se défendre, si tu te souviens bien, Osana l'a attaqué la première."

    "Je te l'accorde, elle a commencé, mais tu l'as aussi bien vu que moi. Si cette Ayano ne faisant vraiment que se défendre, elle se serait contenté de l'arrêter, et non pas en s'emportant aussi violemment contre elle."

    "Je ne veux pas discuter de ça Taro, nous sommes amis." soupira Budo, se battre ainsi n'était pas la solution, même si les accusations de Taro l'énervaient passablement, il devait se ressaisir.

    "...Je suis désolé aussi...mais...je pense toujours que cette fille...voulait verser du sang dans ce combat."

    "Je respecte ton point de vue..." dit Budo en s'éloignant vivement.

    "Où est-ce que tu vas?"

    "....." Budo ignora Taro et s'engouffra dans le couloir.

    "Budo, tu n'es pas censé quitter la cour!" hurla Taro en tentant d'interpeller son ami mais ilétait déjà trop tard, Budo avait quitté la cour.

    _______________________________________________

    "Mademoiselle Aishi, j'aimerai entendre votre partie de l'histoire." commença l'enseignante en s'asseyant à son bureau de bois, tandis que les deux filles s'installaient en face d'elle.

    "Quoi!? Et ma version alors!"s'étonna Osana, frappant violemment ses mains sur le bureau et en se relevant.

    "Mademoiselle Najimi gardez le silence s'il vous plait, j'ai déjà entendu ce que vous m'avez dit dans la cour." gronda la prof, Osana tira une tête déçue et s'assit de plus belle.

    Ayano se mit à s'expliquer:"...Et bien...Osana-chan m'accusait d'avoir blessé Saki et j'ai dit...que mes empreintes n'étaient pas dessus, contrairement aux siennes...elle s'est vraiment énervée quand j'ai dit ça...et...elle...m'a attaqué." Les yeux ténébreux d'Ayano étaient effondrés de larmes, elle regardait son Sensei avec des yeux innocents.

    "Je vois." L'enseignante acquiesça d'un mouvement de tête, elle se tourna vers Osana. "Est-ce la vérité mademoiselle Najimi?"

    "Oui mais elle-"

    "Je ne veux rien entendre, ce comportement est inacceptable dans l'enceinte de l'établissement, jeune fille!"

    "Sensei, s'est une menteuse! Elle allait me tuer dans ce combat depuis que son horrible plan n'a pas fonctionné!"

    "Osana-chan, je ne voudrais jamais blesser qui que ce soit!" plaida Ayano, ses mains était étroitement serrées l'une dans l'autre contre sa poitrine.

    "La ferme! Je ne te laisserai jamais refaire ça à qui que ce soit comme tu l'as fait, particulièrement Taro!" siffla-t-elle, fermant ses petites mains en poings.

    Les yeux d'Ayano s'écarquillèrent en l'entendant dire ça.

    "Écoutez-moi Sensei! Qui est la plus souffrante ici? Tout ce qu'elle a c'est une petite égratignure alors que j'ai des bleus partout sur le visage et je saigne du nez! C'est un monstre! Et si vous aviez vu ce que j'ai vu, vous seriez du même avis!"

    L'enseignante cligna des yeux devant les accusations d'Osana. "Mademoiselle Najimi, je comprends que vous soyez stressée mais faire ce genre d'accusations est insolant."

    "Ces accusations ne sont rien de plus que la vérité! Taro peut me soutenir sur ce point et je connais beaucoup d'autres élèves qui en ont été témoins également. Elle.essayait.de.me.tuer."

    Soudain, la porte de la salle s'ouvrit, même s'ils pouvaient s'attendre à un officier de police, c'était Budo Masuta qui se tenait là. Ses cheveux corbeaux couvraient ses yeux, il s'avança dans la salle et rejoins les côtés d'Ayano.

    "Monsieur Masuta, je vous ai dit que je voulais parler à ces jeunes filles en privé!" s'insurgea la prof d'un ton sévère, elle ne pouvait pas croire que parmi tous les élèves se soient Budo qui lui ait désobéi.

    "Je suis désolé Sensei, mais Ayano n'a pas à se défendre seule et supporter les fausses accusations d'Osana."

    "F-fausses accusations!? C'est impensable, toi plus que les autres devrait être du côté de la justice!" ajouta Osana avec de grands yeux vers le chef du club d'arts martiaux.

    "Je suis du côté de la justice, aller vient Aishi-San" dit-il d'une voix grave, il la prit par son bras gentiment.

    "Monsieur Masuta, ce que vous faite-là est irrespectueux et contre les ordres de la principale!  Retournez dans la cour immédiatement ou vous aurez un rapport!" hurla l'enseignante, sa patience était clairement faible pour lui.

    "Je ne la laisserai pas écouter ces accusations seule!" Il tira Ayano et la porta. Ayano laissa échapper un cri de stupeur car Budo la tenait dans ses bras comme une mariée.

    Budo s'enfuit de la salle avec la délicate jeune fille dans ses bras et disparut avec elle dans le couloir.

    "Masuta, Masuta! Revenez ici!" lui hurlait l'enseignante, mais il était déjà partit.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Commentaire traduit de l'auteur:

    Je me sens un peu mal pour Osana :( j'espère que vous comprenez tous son point de vue là dedans. Être suspecté pour un crime que vous n'avez pas fait peut être une situation effrayante.

    Il semblerait que notre chef du club d'arts martiaux soit convaincu que notre yandere-chan est une fille innocente. Qu'arrivera-t-il ensuite ? Restez prêt pour la suite.

    personnages - yandere dev

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Et de trois x3!! C'est bon, je commence à prendre le rythme^w^! Une journée pour commencer, une journée pour finir^w^! Du coup, je vous dit à dans deux jours pour la suite ;)!

    Ciao^^!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :